Gestion du Duché du Berry - RR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Poumona (TOP) Violence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
asterie**
sujet acharné
avatar

Nombre de messages : 10279
Fief : La châtre
Fontion sociale : Médecin
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Poumona (TOP) Violence    Mar 10 Jan 2012, 20:24

Juge : Asterie Ambparé
Procureur : Claire_G
Accusé : Poumona

Témoin de la défense :
Témoin de l'accusation : Seiko

Sanction : coupable de trouble à l'ordre public.

Acte d'accusation

Citation :
*****Procès opposant le Duché du Berry à Prudence De Champlecy, dicte Poumona, le 22 Décembre de l'an de Pâques 1459 pour Trouble à l'Ordre Public****

Votre Honneur,

Le 10 Décembre 1459, à Saint-Aignan, a eu lieu une altercation verbale en la Taverne " A la Bretagne et au Berry réunis", entre l'accusée, Poumona, et Dame Choose, Maire de Saint-Aignan. Une dispute des plus classiques, si l'on oublie les comportements violents de l'accusée.
Cette dernière n'en est pas à son premier essai et, est connue pour sa violence, tant verbale que physique.
La prévenue a quitté la taverne, dont Dame Choose est tavernière, en agressant physiquement la victime.
A croire que les affres de la guerre ne suffisent pas...

Ces faits sont réprimés par la Jurisprudence Berrichonne, en accord avec l'extrait suivant, je cite :

Sur les agressions et les attaques physiques en tout genre :
===================================

« Nul n�est être autorisé à agresser physiquement une autre personne sous couvert d�être énervé ou sous le coup d�une émotion. » ( Dame_Floryne - 1455 )


Conformément à la coutume berrichonne, la prévenue a le droit de se faire représenter par l'avocat de son choix. L'ordre des avocats du dragon propose de représenter à titre gracieux toute personne qui en fera la demande.

Prononcé à Bourges, le 22 Décembre de l'an de Pâques mil quatre cent cinquante-neuf,
Par Claire_g, Procureur du Berry,
Au nom d'Alleaume de Niraco, Duc de Berry

=========================
Pièces jointes au dossier
=========================
Preuve du méfait :

* En attente de voir la victime témoigner pour traces éventuelles.
* Présence de témoins

Description de l'accusé :

http://img208.imageshack.us/img208/9443/poumona.png

L'accusation appelle comme premier témoin la victime, Dame Choose1

Citation :
La défense a appelé Seiko à la barre

Première plaidoirie de la défense

Citation :
* Et la borgne unijambiste d'entrer dans le tribunal à grandes enjambés, d'un pas vif elle se mise sur le banc des accusés, drôle de sensation pour une première fois. Un petit signe de main à ses amis présent*

Bonjour, tout d'abord je reconnais les faits. Oui j'ai frappé dame Choose mais dans cette affaire il y a pas mal de non dits qui pourrait troubler le jugement et j'aimerais que la vérité dans son exactitude soit révélée.

Tout d'abord je vais vous raconter ma version des faits je pense qu'avant de lancer un procès notre police aurait du convoquer les deux sujets du procès pour explication, cette police que je félicite en passant pour son travail qui n'est pas des plus simple je le dit en connaissance de causes pour l'avoir déjà exercé dans ma jeunesse.

Donc je suis entrée dans la taverne de Choose et elle me demandait ce que je faisait à Saint Aignan j'ai alors répondu que je passais ici pour affaire privé dont je ne parlerais ici, si ce n'est que je ramène de l'argent pour le duché. Choose en pensant qu'à elle songeait que je lui demandais de l'aide pour le duché elle à alors insulté mon père. Je lui ai demandé de ne pas l'insulté devant moi... Comprenez une gueuse se permettant d'insulter un noble cela m'était difficile à accepter. Mais cette dernière à recommencé alors je lui ai demandé une seconde fois, mais elle a recommencé alors je lui ai à nouveau demandé et cette femme a réitéré je l'ai donc frappée pour punir son insolence, et je suis sortie car je me connais et j'aurais été capable de bien pire.

Donc oui, je l'ai frappée et non je n'aurais pas du, ceci dit il fallait bien faire taire cette gueuse qui insultait un noble qui à tant donné à notre duché lorsqu'elle, elle refuse de payer ce qu'elle doit.

En témoin sachant qu'il n'y avait que Choose, la gazoute de l'animation et moi même, je vais appeler la gazoute en misant sur son honnêteté.

Et en petit plus voici la recette du velouté de giroles !

Nettoyer les girolles en les passant sous un filet d'eau. En général, on ne passe pas les champignons à l'eau car ils l'absorbent. Mais comme ils sont destinés au velouté, il n'y a pas de problème.
Couper les girolles en deux, mais en conserver quelques unes pour le décoration.
Faire revenir les échalotes hachées menues dans le beurre, puis ajouter les girolles coupées. Mélanger, puis ajouter le bouillon. Laisser cuire une quinzaine de minutes, puis mixer hors du feu. Saler, poivrer et remettre à feu doux pendant 5 mn. Ajouter la crème, et remettre au feu pour encore 5 à 10mn.
Servir chaud décoré des girolles réservées.

Réquisitoire de l'accusation

Citation :
La personne intéressée ne s'est pas manifestée.

La défense a appelé Poumona à la barre

Citation :
Voici son témoignage :

*lève la tête surjouant la surprise *

Oh tiens je suis appelée à parler, ainsi croyez le je ne vais pas me priver ! J'avais encore une chose à dire. Il se trouve que j'ai trouvé cela et donc je suis légèrement curieuse.

Je cite.

le noble a droit à la reconnaissance
Peut être considéré comme une insulte le refus d'utiliser la formule de politesse pour s'adresser à une noble personne (pour autant que ce noble les ait rappelées au préalable ou que celui-ci précise l'appellation correspondance de prime abord). Cela vaut aussi pour tout roturier qui manquerait sciemment de déférence et respect à un noble et serait passible de sanction.
Le noble a droit à la différence de Sociale

--> Un roturier ne saurait porter plainte contre un noble, qui lui est supérieur en statut. C'est pourquoi la demande doit être présentée par l'intermédiaire d'un autre noble, qui se porte alors caution du roturier.


Et donc j'aimerais savoir quel noble du Berry à porté plainte pour Choose car j'ai l�impression que le procès en devient caduque non ?

L'accusation a appelé Choose1 à la barre

L'accusation a appelé Choose1 à la barre

Dernière plaidoirie de la défense
Citation :

*Attend patiemment la venu de Choose...*

Voyez... Non seulement cette femme ment dans sa déposition, mais en plus de cela elle insulte votre travail en ne venant pas au procès. C'est scandaleux !

*sourit en coin et refait un signe de mains à ses amis*


Enoncé du verdict

Citation :
La juge écoutait les débats puis elle attendit l�accusation personne ...

Je vois que vous connaissez certain droits en tant que noble Dame Prudence de Champlecy . Mais je tient tout de même à vous faire remarquer que nous avons aussi une loi

« Nul n�est être autorisé à agresser physiquement une autre personne sous couvert d�être énervé ou sous le coup d�une émotion. » ( Dame_Floryne - 1455 )

D�après votre déclaration vous avez frapper Dame Choose en toute impunité et avec tous les droits que vous pensiez avoir en tant que noble .
J�aimerais toutefois vous faire remarquer que si Dame Choose n�est point noble , elle est le plus haut notable de la ville de Saint Aignan en étant Mairesse.
Le temps de son mandat elle est considéré comme Seigneur de la ville . C'est mon avis Dame Choose a autant le droit à du respect que vous-même .

Je n�ai pu entendre son témoignage ce qui est dommage donc elle est également en tort .
Je vous condamne donc pour avoir frapper la Mairesse de Saint Aignan à un écus symbolique .

Fait à Bourges, le 31 jour de décembre de l'an Pâques 1459, par Asterie Ambparé, Juge du Berry, au nom du Duc du Berry, Alleaume .

(rp en gargote avec témoignage)


RP: Gargotte retrancrit seulement les principaux interréssés.

Citation :
Procès opposant le Duché du Berry à Prudence De Champlecy, dicte Poumona, le 22 Décembre de l'an de Pâques 1459 pour Trouble à l'Ordre Public****

Vôtre Honneur,

Le 10 Décembre 1459, à Saint-Aignan, a eu lieu une altercation verbale en la Taverne " A la Bretagne et au Berry réunis", entre l'accusée, Poumona, et Dame Choose, Maire de Saint-Aignan. Une dispute des plus classiques, si l'on oublie les comportements violents de l'accusée.

Cette dernière n'en est pas à son premier essai et, est connue pour sa violence, tant verbale que physique.

La prévenue a quitté la taverne, dont Dame Choose est tavernière, en agressant physiquement la victime.

A croire que les affres de la guerre ne suffisent pas...

Ces faits sont réprimés par la Jurisprudence Berrichonne, en accord avec l'extrait suivant, je cite :

Sur les agressions et les attaques physiques en tout genre :
=========================================

« Nul n’est être autorisé à agresser physiquement une autre personne sous couvert d’être énervé ou sous le coup d’une émotion. » ( Dame_Floryne - 1455 )


Conformément à la coutume berrichonne, la prévenue a le droit de se faire représenter par l'avocat de son choix. L'ordre des avocats du dragon propose de représenter à titre gracieux toute personne qui en fera la demande.

Prononcé à Bourges, le 22 Décembre de l'an de Pâques mil quatre cent cinquante-neuf,
Par Claire_g, Procureur du Berry,
Au nom d'Alleaume de Niraco, Duc de Berry

Je joins au dossiers une fiche informative de l'accusée, Prudence De Champlecy [/code]

Pour vous donenr une petite idée je vous fais passer quelques copies du greffier du berry qui m'en a fait recopier .
La Procure s'appuiera sur les témoignages à venir afin de juger de la suffisance des preuves pour mener son réquisitoire, qui seront :

* En attente de voir la victime témoigner pour traces éventuelles.
* Présence de témoins au moment de l'agression.

L'accusation appelle comme premier témoin la victime, Dame Choose1


Procureur

Vôtre Honneur,

Nous avons là une affaire, délicate et simple à la fois. Nos services de police, et moi-même, avons reçu une plainte de Dame Choose insistant sur des faits graves et répréhensibles par nos loys.

Le doute est levé sur la véracité des faits puisque avoués par l'accusée.

Lorsque l'on dépose plainte, l'on essaie de suivre sa propre affaire assidument. Dame Choose en personne a été appelée à témoigner à charge et .... force est de constater que nous n'avons nulle trace de sa présence.

Concentrons-nous sur les faits reprochés.
Il y a eu coups, il y a eu reconnaissance des faits, mais sans témoignage de la dite victime, il est impossible à la Cour de constater les dégâts .
La Cour a d'autre chose à faire que de courir après les victimes et témoins une fois ceux-ci convoqués au Tribunal.

La Procure a pris le temps du dossier et de suivre notre procédure. La plaignante se jouerait-elle des loys qu'elle réclamaient protectrice ? L'habit religieux ne permet pas de se moquer du Tribunal, ni ne permet de penser la Cour à son service.

En conséquence de quoi, la Cour demande une amende symbolique de un écu, faute de preuve quant aux dégâts.
Faute avouée n'est-elle pas à moitié pardonnée ?

La Procure se permet tout de même de rappeler à l'accusée, Prudence De Champlecy, que même si Dame Choose a été insultante envers le Noblesse Berrichonne, il ne lui appartient aucunement, de faire justice elle-même.

C'est tout Votre Honneur.
Merci de votre attention.

Bizarrement, la brune avait entendu quelques murmures, apparemment, remettant en cause son impartialité, La haine réciproque entre la brune et l'accusée n'était un secret pour personne, et l'occasion était trop belle pour ne pas penser au parti pris de la Procureur. Un instant elle songea à ce que ça aurait aurait donné et si Poum' avait été capable d'assumer une charge pour laquelle elle avait accepter d'abord, de se consacrer....
Un soupir discret quant à l'irrespect de la victime envers la Cour, et la Proc regroupa les rares vélins résumant le témoignage de la défense et reprit place... De qui s'moquait-on ? ...

Temoin

choose entra et alla à la barre pour témoigner

elle salua tout le monde et c'est souriante qu'elle déclara


je me nomme choose1 maire et sacristaine de saint Aignan

je suis la tavernière dans la taverne de norm.. mon époux

Vôtre Honneur,

Le 10 Décembre 1459, Poumona est entrée dans la taverne
au début cela se passa bien
je lui est présentée la chef des animations de la ville seiko
qui était avec moi.

puis elle me demanda des dons pour son père
ce en quoi j'ai refusé déclarant qu'à l'avenir je ne donnerais uniquement que pour l'armée.

Poumona devint violente verbalement

je m'expliquais sur mon refus en expliquant qu'après les accusations non fondé qu'avait eu " les guignols" de june et mine il n'en était plus question.

poumona me dit de ne pas insulter sa famille qui elle même n'avait pas hésité à accuser de vol et de mauvaise gestion de la mairie mais surtout d'avoir utilisée pour des fins personnel l'argent que l'ancien bailli m'avait confié et que j'avais mis à l’abri des ennemis entré dans le château.

elle ne voulut rien entendre et elle se mit à hurler que j'insultais sa famille
que je n'aurait plus jamais l'occasion à l'avenir de le faire
puis elle se leva et m'asséna un violent coup de poing dans le visage et partit immédiatement

seiko a assisté à toute la scène.

je déplore que cette jeune personne qui se réclame de la noblesse n'est pas plus de tenue devant une femme d’église qui ne faisait qu'expliquer ce que la maire de la ville avait pris comme décision

Accusé

Bonjour, tout d'abord je reconnais les faits. Oui j'ai frappé dame Choose mais dans cette affaire il y a pas mal de non dits qui pourrait troubler le jugement et j'aimerais que la vérité dans son exactitude soit révélée.

Tout d'abord je vais vous raconter ma version des faits je pense qu'avant de lancer un procès notre police aurait du convoquer les deux sujets du procès pour explication, cette police que je félicite en passant pour son travail qui n'est pas des plus simple je le dit en connaissance de causes pour l'avoir déjà exercé dans ma jeunesse.

Donc je suis entrée dans la taverne de Choose et elle me demandait ce que je faisait à Saint Aignan j'ai alors répondu que je passais ici pour affaire privé dont je ne parlerais ici, si ce n'est que je ramène de l'argent pour le duché. Choose en pensant qu'à elle songeait que je lui demandais de l'aide pour le duché elle à alors insulté mon père. Je lui ai demandé de ne pas l'insulté devant moi... Comprenez une gueuse se permettant d'insulter un noble cela m'était difficile à accepter. Mais cette dernière à recommencé alors je lui ai demandé une seconde fois, mais elle a recommencé alors je lui ai à nouveau demandé et cette femme a réitéré je l'ai donc frappée pour punir son insolence, et je suis sortie car je me connais et j'aurais été capable de bien pire.

Donc oui, je l'ai frappée et non je n'aurais pas du, ceci dit il fallait bien faire taire cette gueuse qui insultait un noble qui à tant donné à notre duché lorsqu'elle, elle refuse de payer ce qu'elle doit.

En témoin sachant qu'il n'y avait que Choose, la gazoute de l'animation et moi même, je vais appeler la gazoute en misant sur son honnêteté.

Et en petit plus voici la recette du velouté de giroles !


Sort un parchemin et le lit,

Nettoyer les girolles en les passant sous un filet d'eau. En général, on ne passe pas les champignons à l'eau car ils l'absorbent. Mais comme ils sont destinés au velouté, il n'y a pas de problème.
Couper les girolles en deux, mais en conserver quelques unes pour le décoration.
Faire revenir les échalotes hachées menues dans le beurre, puis ajouter les girolles coupées. Mélanger, puis ajouter le bouillon. Laisser cuire une quinzaine de minutes, puis mixer hors du feu. Saler, poivrer et remettre à feu doux pendant 5 mn. Ajouter la crème, et remettre au feu pour encore 5 à 10mn.
Servir chaud décoré des girolles réservées.

Et de déboucher une flasque bizarre et d'en boire le contenu, laissant un liquide rouge et épais sur ses lèvres.

temoin

*Seiko appelée à la barre s'y présenta afin de témoigner*

Bonjour à tous,
je me nomme Seiko et suis la chef d'animation de St Aignan

Vôtre Honneur,

Le 10 Décembre 1459, la dénommée Prudence de Champlecy a fait acte de violence sur la sacristaine Choose1.
Et j'ai en effet assisté à cette scène, il est vrai que le mot "guignol" a été prononcé à l'encontre du père de la coupable M1ne.
Cependant Dame Poumona qui revendique son rang a lancer son poing en plein visage d'une femme d'église, ce qui n'est surement pas faire preuve de noblesse.

Sur ses mots, la jeune fille se retira laissant la place à qui serait appelé à la barre.

Juge

Asterie installer confortablement dans son fauteuil observait aussi bien les accusés, les témoins que les gens venus assister à ce procès. Il y avait du bruit des gens qui entrain en plein milieu qui discutait à voix basse, des murmures se firent entendent suivant qui parlait.
Les premiers témoignages commencèrent elle se redressa.

Dame Poumona pourriez –vous respectez ce tribunal nous ne sommes pas sur la foire, votre recette sur le velouté de girofles est certes intéressante mais n’a pas sa place ici.
J’aimerais également que vous restiez à votre place, vous n’êtes point ici en tant que huissier, ni procureur, mais comme accusé, si tout le monde fait n’importe quoi on ne va pas s’en sortir.

Elle porta son regard sur les personnes présentent. Ce qui permit de retrouver un léger calme.
Un nouveau témoin, la juge sourit discrètement on avait dû oublier de dire à cette jeune femme que l’on ne s’adressait pas à la cour comme si elle se trouvait dans une autre assemblée ordinaire moins protocolaire. Décidément …
La jeune femme était respectueuse c’était le principal.
La juge regarda la procureur elle était quelque peu songeuse.
Elle attendit la suite …

accusée

Regarde la juge et arque un sourcil.

Rester à ma place ? Mais voyons madame le juge, je n'ai pas bougé... Vous n'auriez pas attrapé quelques microbe qui vous donnerait la fièvre ?

Sourit amusée.

Ensuite, si vous tenez à me vouvoyer et m'appeler dame, je vous demanderais de ne pas ajouter un surnom personnel après le "dame", si vous m'appelez dame ça sera dame Prudence, mais si c'est "poumona" ça sera sans le dame.

Petit regard en direction de Choose et Seiko, puis de se tourner de nouveau vers la juge.

Par contre notre sacristruc fabule totalement ! Il serait grand temps de la soigner du mal qui lui ronge l'esprit ! Je n'ai jamais demandé de l'aide pour mon père, ensuite ce qu'elle appel être violente verbalement fut une phrase du genre "S'il te plait Choose évite d'insulter ma famille devant moi" après je ne me souviens pas des explications sur son refus mais je ne les ai surement pas écoutées comme je m'en contre fiche vu que je ne venais pas pour cela.

Elle dit que j'ai hurlé ? Grand bien lui fasse, mais j'ai mal à la gorge depuis quelques temps -le froid voyez vous- et il m'est impossible de hurler...

Allons allons ! Un peu de sérieux ! Je veux bien être punie pour avoir porté ma main sur son visage, même le fait d'avoir du toucher cette peau immonde et sale fut pour moi déjà une bien grande punition, mais vous me connaissez ParDieu bien depuis le temps ! Je ne suis pas du genre à mentir pour un oui pour un non, je peu vous le jurer sur la vie de mon fils ou de mon suzerain s'il le faut que je dit la vérité.... Sinon ? Pourquoi es ce que je reconnaitrais l'avoir frappée ? Quitte à mentir autant tout nier.

Donc punissez moi pour la violence mais pas pour les anneries qu'elle ajoute ! Ensuite j'aimerais qu'il soit vérifier dans notre coutumier si un noble n'as pas le droit de corriger un gueux qui fut insolent ! Par avance merci.

Procureur

Un regard de la Proc' à la Juge .... c'était bien la première fois qu'un procès partait en sucette à ce point.
Une plaignante qui semblait plutôt s'en battre les cils qu'autre chose, une témoi qui récitait un minuscule témoignage appris par coeur, une inculpée qui s'prenait à la foire d'hiver... Non tout était normal. Vraiment...
Après le Juge, elle intervenait à son tour. Déjà le verdict serait pas simple, ça suffisait.

Damoiselle Seiko, vous apprendrez, si vous êtes de nouveau appelée à témoigner dans un Tribunal, que c'est inconvenant d'intervenir quand bon vous semble. Nous n'sommes pas à la foire ducale. D'ailleurs, elle existe plus.

Se tournant vers l'inculpée.

Dame Prudence De Champlecy, vous revendiquez des insultes qui vous ont été proférées et que votre violence physique est due à cela. Soit. J'vais quand même vous rappeler deux trois bricoles :

Vous êtes dans un Tribunal Berrichon, sur le banc des accusés.
Même si votre cuisine doit être excellente, on est pas dans une salle de jeux ou de cuisine ! Soyez un peu respectueuse avant de dire que les autres ne le sont pas.
Veuillez également montrer un peu de respect envers la Cour en n'intervenant pas quand VOUS l'souhaitez et surtout en cessant votre arrogance envers notre Juge de Berry.
Vous n'êtes pas en mesure demander vérification .... Ma conscience me dit que si Dame Choose avait été aussi noble que vous, vous l'auriez frappée de la même façon. C'n'est pas l'affaire que nous jugeons, nous jugeons d'un fait : des coups sur Dame Choose.

Etre Noble ne fait pas se placer au dessus des Loys...

Dernier regard vers Astérie, la Proc avait fait son réquisitoire en tenant compte qu'à aucun moment Choose n'avait montré moindre trace d'un coup reçu, les témoignages étaient dénonciateurs plus qu'autre chose, il Aussi trouva-t-elle la demande de peine correcte et juste.
On pouvait avancer vers le verdict... D'aures procès ne tarderaient pas...

Accusé

*lève la tête surjouant la surprise *

Oh tiens je suis appelée à parler, ainsi croyez le je ne vais pas me priver ! J'avais encore une chose à dire. Il se trouve que j'ai trouvé cela et donc je suis légèrement curieuse.

Je cite.

le noble a droit à la reconnaissance
Peut être considéré comme une insulte le refus d'utiliser la formule de politesse pour s'adresser à une noble personne (pour autant que ce noble les ait rappelées au préalable ou que celui-ci précise l'appellation correspondance de prime abord). Cela vaut aussi pour tout roturier qui manquerait sciemment de déférence et respect à un noble et serait passible de sanction.
Le noble a droit à la différence de Sociale
; Un roturier ne saurait porter plainte contre un noble, qui lui est supérieur en statut. C'est pourquoi la demande doit être présentée par l'intermédiaire d'un autre noble, qui se porte alors caution du roturier.


Et donc j'aimerais savoir quel noble du Berry à porté plainte pour Choose car j'ai l'impression que le procès en devient caduque non ?

Juge

La juge commençait à en avoir assez de l’impertinence de l’accusé , elle était patiente mais là …Elle écouta le réquisitoire de la Procureur . Mais c’était sans compter sur l’intervention de l’accusé une fois de plus . Elle soupira . Lorsqu’elle aperçue une autre noble brandir un panneau elle haussa les épaules , ce procès était un amusement pour quelques un ce qui était bien dommage, car la noblesse y était représenter et pas sous son meilleur jour.

Merci Madame le procureur , Dame Prudence de Champlecy , je vous remercie de vous inquiétez de ma santé mais je vais très bien.
Je vois que vous connaissez certain droits en tant que noble . Mais je tiens tout de même à vous faire remarquer que nous avons aussi une loi .
Citation:

« Nul n’est être autorisé à agresser physiquement une autre personne sous couvert d’être énervé ou sous le coup d’une émotion. » ( Dame_Floryne - 1455 )


D’après votre déclaration vous avez frapper Dame Choose en toute impunité et avec tous les droits que vous pensiez avoir en tant que noble .
J’aimerais toutefois vous faire remarquer que si Dame Choose n’est point noble , elle est le plus haut notable de la ville de Saint Aignan en étant Mairesse.
Le temps de son mandat elle est considéré comme Seigneur de la ville . C'est mon avis, Dame Choose a autant le droit à du respect que vous-même .
En tant que noble vous avez également des devoirs , devoirs de respect envers une institution Berrichonne comme cette cour . Votre comportement est assez irrespectueux .
Je vous demanderais de voir avec votre Seigneur le Duc d’Aigurande étant un de ses vassaux pour qu’il vous explique le minimum de tenue à avoir dans un tribunal Berrichon.

Je vous condamne donc pour avoir frapper la Mairesse de Saint Aignan à un écus symbolique .
Puis de lui présentez vos excuses .
Pour avoir été irrespectueuse en ce tribunal je vous condamne à assister à un procès sans ouvrir la bouche .Je sais cela va être très dur .

Sourit ...Puis elle s’adressa à Choose .

Certes Dame Prudence de Champlecy n’avait pas à vous frapper mais vous n’aviez pas non plus à insister dans vos propos .
Dame Choose en tant que Mairesse de Saint Aignan vous vous devez de restez neutre dans vos propos en taverne .Et présentez également vos exuses à Dame Prudence Champlecy.

Et pan ! Un coup de marteau pour signifier la fin du verdict.

Accusé

Un demi sourire sur les lèvres et la Champlecy balayait la salle de son unique œil, s'arrêtant quelques instants sur Choose lui lançant un regard des plus sombre, lorsque soudain une pancarte attira son regard. Sa bonne amie Oufette doucement son sourire s’agrandit et un petit rire s’échappa de ses lèvres. Elle sourit à son amie quand la juge lâcha le verdict. Petit froncement de sourcils, donner un écu ne la dérangeait pas, mais présenter des excuses ? ... Elle regarda Ysabeau quitter la salle puis se leva, canne à la main elle s'avança en direction de Choose.

Bien... Alors... Je suis profondément désolée d'avoir sali ma main contre ton visage si j'avais su pour la souillure, sang Dieu ! Je ne l'aurais pas fait !

Un nouveau regard noir et de lancer un écu en l'air avant de quitter la sale.

Je viendrais à ce procès cher Juge ! Et croyez le aucun mot ne sortira de ma bouche !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com/index.htm
 
Poumona (TOP) Violence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau de Bourges :: Greffe Ducal :: Archive des procès :: Dérapages verbaux et violence-
Sauter vers: