Gestion du Duché du Berry - RR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Vroqu - 11.VIII.1459 - R - haute trahison

Aller en bas 
AuteurMessage
Pandorha
sujet acharné
avatar

Nombre de messages : 1043
Fontion sociale : Bailli et Porte Parole du Berry.
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Vroqu - 11.VIII.1459 - R - haute trahison    Sam 13 Aoû 2011, 16:01

Juge : Pandorha
Accusation : Duché du Berry
Accusé : Vroqu

Témoin de la défense :
Témoin de l'accusation :

Sanction prononcée par la Cour : Relaxe

Citation :
Acte d'accusation
Votre Honneur,

J'ouvre en ce 14 ème jour de juillet, de l'an 1459 un procès à l'encontre de Dame Vroqu, sous le chef d'inculpation Trahison.

* Adilis prit le Coutumier entre ses mains afin de lire les lois qui avaient été bafouées. *

Voici un bref rappel de la loi, afin que nul ne puisse contester que les faits qui vous sont reprochés ne vous ont pas été rapportés,


1) Du critère du bon père de famille:
Est permise toute action que pourrait commettre une personne normalement sérieuse, raisonnable et soucieuse de ne causer aucun préjudice à autrui. Ce bon père de famille est un homme ordinaire, un homme de la place du marché qui agit en vertu de son bon sens.

2) De l'universalité d'action:
Est punissable l'acte qui mettrait gravement en péril la vie en société si tout citoyen se l'autorisait.

* Elle venait de lire l'article du coutumier sur le bon père de famille et l'universalité d'action, puis elle continua. *

Dame Vroqu,
en ce jour, vous comparaissez devant la Cour de Justice du Berry pour des faits de Trahison.
Nous le savons tous et toutes, aujourd'hui le Berry est en guerre depuis des jours. Tout ceci est l'oeuvre de la personne que nous avons ici.
Par son dépôt de plainte à la Pairie, Vroqu n'a pas agit en bon père de famille, comme le veut notre Coutumier.

Nous demandons aujourd'hui des comptes que vous devez rendre devant les Berrichons, et devant la justice.

Des informateurs en Touraine et en Bourgogne nous ont informé qu'elle avait comploté durant son voyage pour que la guerre vienne en Berry. Toute les preuves seront mises à disposition lors du réquisitoire.

Conformément à la coutume berrichonne, le prévenu a le droit de se faire représenter par l'avocat de son choix. L'ordre des avocats du dragon propose de représenter à titre gracieux toute personne qui en fera la demande.


La parole est maintenant à la défense.
Je vous remercie de votre écoute.

* Elle avait finit de lire son acte d'accusation, elle le déposa sur son bureau et le signa. *

Fait par Adilis
Procureur du Berry, le 14/07/1459
Sous le mandat du Duc George le Poilu 1er
Citation :
Première plaidoirie de la défense
(Entrée de Vroqu au tribunal le 15 juillet 1459)

***Entrée dans le tribunal avant tout le monde Vroqu alla s'asseoir sur le banc des accusés et attendit tranquillement que vinrent ses accusateurs. Cela ne tarda pas et voilà Goisse.... norf non, elle les confondait toujours tellement qu'elles se ressemblaient, jusqu'au vêtements portés... enfin Adilis nouveau procureur. Elle répété le nom plusieurs fois afin de bien l'ancrer dans son esprit et écouta l'acte d'accusation.

Un fou rire monta de son ventre, fou rire qu'elle chercha à étouffer et non sans mal. Elle prit donc un mouchoir dans sa besace et se mit à se moucher bruyamment.

Ensuite vint le tour du juge... enfin il était passé de duc pisseux à divers postes jusqu'à capitaine toujours ses langes aussi pleines, pour arriver ainsi ici dans le tribunal devant tout le monde. Le greffier n'ayant pas ordonné la position debout, la Vicomtesse resta assise et regarda avec amusement GA se battre avec des coussins et tendant son petit bras potelé vers le marteau sans succès. Le brouhaha dans la salle et à l'extérieur lui parvint à ses oreilles mais elle choisit de l'ignorer.

Après quelques heures assise à attendre qu'il se passe quelque chose, elle se leva et s'approcha du greffier.***

Messire le greffier! Il parait que j'ai droit de citer deux témoins. La première se nomme Zoyah Aurel-Novotny, Baronne de Valancay et je vous prie de la convoquer de ce pas. Pour le second je vous ferai savoir en temps voulu

***Vroqu lui sourit et alla rejoindre sa place.***

***La Vicomtesse attendait depuis des heures. Depuis des heures et des heures, en fait depuis qu'elle avait entendu Adilis la menacer sur la grande place dehors :

******************************************

Citation:
Mais il me faut votre première plaidoirie avant ce soir car il n'est pas question de vous octroyer un délais supplémentaire par rapport aux autres accusé, si pas de plaidoirie avant cette nuit, cela sera considéré comme une absence. Vous aviez 2 jours pour le faire, vous avez le temps pour vous plaindre en publique et pour jacasser donc vous aviez le temps pour plaidoyer.

Concernant les preuves etc je n'en parlerais pas icelieu tant que le procès ne sera pas fini

*******************************************

Ben elle pouvait toujours se gratter celle-là avait pensait Vroqu, aller plaidoyer au milieu de la nuit, très peu pour elle. La nuit était fait pour dormir et pas pour répondre à une farce de procès dans le tribunal.

Elle avait entendu les actes d'accusation. La première étant tout simplement ridicule, comme si elle n'avait pas le droit de faire saisine contre une personne totalement malhonnête vis à vis de la couronne. Après elle avait été accusée d'avoir comploté avec des Bourguignons et des Tourangeaux pendant son voyage. Bien sûr aucune preuve avait été apportée dans l'acte d'accusation. Pourtant normalement celles-ci étaient recueillies pendant l'instruction donc la seule raison qu'elle trouvait pour cette absence était qu'ils n'en avaient pas. Le Juge n'était pas là ayant fait un caca nerveux suite à une chaise trop petite. Vroqu avait compris qu'il ne reviendra pas tant qu'on ne lui apporte pas une à sa taille.

Pendant cette attente elle avait demandé à quelqu'un se qu'il se passait dehors. La personne lui répondit qu�apparemment Alleaume avait demis un douanier de ses fonctions prétendant que celui-ci perturber le bon fonctionnement du tribunal. Cette personne n'avait rien compris puisque le douanier en question n'avait même pas traversé la porte et avait seulement installé un stand proposant à boire à l'extérieur.

Bref, Vroqu était là, n'avait pas bougé mais commençait sérieusement à avoir sommeil, donc elle posa sa tête sur la table devant elle, l'entoura de ses bras et ferma ses yeux afin de se reposer le temps que le juge revient.***

******************************************

[ Quelques temps plus tard ]

***Zoyah faisait son entrée dans la salle et s'était approché du barre quelques minutes après pour faire son témoignage. Vroqu l'écouta, réprimant quelques pouffes de rires sur le récit de leur voyage jusqu'en Bourgogne. Le juge n'était toujours pas revenu mais elle remarqua avec satisfaction que le greffier griffonnait bien tout ce qu'elle disait sur la montagne de parchemins vierges posés en tas devant lui.

A la fin de son récit, la baronne vint souhaiter bon courage à la Vicomtesse qui à son tour lui souhaita une bonne retraite et regarda son amie quitter la salle et prendre la direction de l'abbaye de Noirlac.

De nouveau elle se leva et s�approcha du greffier***

Messire le greffier, à présent je souhaite appeler Messire Banane comme témoin! Je vous saurai gré de rédiger la convocation et lui faire parvenir.

***Lui adresse un sourire de nouveau et alla prendre place sur son banc.***

****************************************

[Encore quelque temps plus tard]

***La vicomtesse se leva de nouveau se mit à parler de toute manière elle n'avait pas grande chose à dire puisque il n'y avait toujours pas de preuves fournies.

Elle s'adressa cette fois-ci à la cour***

Bonjour,

Dame procureur concernant la saisine, vous citez :
2) De l'universalité d'action;
Est punissable l'acte qui mettrait gravement en péril la vie en société si tout citoyen se l'autorisait.

Or nous pouvons dire que dans le cas de ceci; si tout le monde se disait duc du berry et utilisait le scel ducal, on ne saurait pas quelle annonce ducale croire ... et si personne ne dénonçait ces méfaits, il serait impossible de ramener l'ordre en Berry en arrêtant les coupables.

Nous savions tous que Georgepoilu avait été renvoyé en Berry par la Reyne en tant que régent et non pas Duc Régnant. Que ce statut ne lui autorisait pas à usurper le titre de Duc, ni d'utiliser le scel ducal.

Je vous prie de trouver l'objet de la saisine en question.

http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=1642499

J'ai tout à fait le droit de faire saisine et dans ce cas précise, considère que c'était mon DEVOIR.

Concernant ce "soi disant complot", je constate que l'accusation n'a fournie aucune preuve de ce qu'elle avance, donc je ne puis pas me défendre. J'ose espérer que je ne vais pas avoir droit aux témoins sous X comme j'ai pu constater lors d'autres procès icilieu.

Je déclare donc tout simplement que je suis

NON COUPABLE !

***Et c'est avec la tête haute que Vroqu retourna à sa place pour écouter la suite.***
Citation :
Réquisitoire de l'accusation
*** Norf� Pas facile de prendre une telle affaire en route. Outre les personnes incriminées, et là, force était de reconnaitre qu�au bout du compte, l�accusée et son témoin chargeaient vigoureusement un homme absent à ce procès. Pas très saine comme réaction� Se trompait-on d�accusé ?
Après avoir relu les vélins du scribe du tribunal, la brune prit un moment pour réfléchir à la situation tout en restant objective. ***



Vôtre Honneur,
Reprendre un tel procès quand on n�a pas assisté aux débuts est assez complexe. Seulement après environ dix lectures de la défense et autant du témoignage, je me demande si l�objet de cette instruction n�est finalement pas un conflit d�intérêts personnels.
L�accusée et son témoin incriminent nettement le Duc d�Aigurande, là non plus, je ne suis pas convaincue qu�elles soient en position de le faire mais certaines animosités sont connues de tous.
Ce procès traine depuis longtemps, et qui a raison ? Qui a tort ?
La saisine a été envoyée, et aujourd�hui, quoiqu�il en soit, le Duc d�Aigurande n�est plus en fonction, et l�accusée défend ses terres.
Tout le monde est content non ?
Par conséquent, faute d�éléments tenant debout à mon sens, je demande à ce que l�accusée soit condamnée à verser à notre Duché un écu symbolique pour avoir eu l�audace de s�assoupir pendant son procès, ce qui est un manque de respect notoire envers la Cour.

Merci de votre attention.
Citation :
Dernière plaidoirie de la défense
***Vroqu commençait sérieusement à s'ennuyer. Quelle perte de temps, se disait-elle. Elle avait compté les poutres qui soutenaient le plafond, celles incrustées dans les murs, avaient commencé à compter les trous creusés par des insectes dans le bois des bancs et à présent tournait sa tête à droite et à la recherche d'autre chose à compter quand un gamin vint se glisser près d'elle, parchemin à la main. Sans dire mot, il posa le document sur ses genoux et partit en silence comme il était venu.

La vicomtesse se demanda bien ce que pourrait contenir le parchemin qu'elle déroula et le parcourut du regard. Un sourire traversa lentement son visage et elle roula le parchemin de nouveau et le glissa entre les pans de sa robe. Elle le sortira le moment venu.***

DES JOURS ET DES JOURS PLUS TARD.....

***La vicomtesse avait quitté la salle du tribunal afin de répondre au ban. Elle défendait donc Bourges depuis environ une semaine malgré le fait qu'elle trouvait plutôt incohérent de faire défendre la capitale par une personne mise en procès pour trahison. Mais bon elle commençait à s'habituer aux incohérences.

Entre temps elle avait reçu une missive des moines à Noirlac, son époux la réclamait, elle devait donc s'y rendre pendant quelques jours.

Elle avait prévenu l'assemblée de la noblesse de son absence, ainsi que le conseil ducal, c'est donc avec l'esprit calme qu'elle fit chemin vers l'abbaye pour y entrer et les portes ayant été fermées derrière, elle suivit le moine jusqu'au chevet de Hugoruth.***

AU RETOUR DE NOIRLAC, le 06 aout 1459

*** A sa sortie de l'abbaye 6 jours plus tard, la Vicomtesse s'était rendu au conseil ducal afin de leur informer de son retour, voter pour quelques bricoles dans la limite qu'elle pouvait puisque les bureaux ne lui étaient toujours pas accessibles et ensuite elle s'était rendue à l'assemblée des nobles pour demander ses instructions. Une fois fait elle se rendit au tribunal où tout d'abord elle vit l'absence de Banane, son deuxième témoin, contraint lui aussi de faire un séjour à Noirlac. Selon toute apparence la parole lui a été refusée (bug deuxième témoignage) ensuite elle fut étonnée de constater que Claire_g avait remplacé Adilis et avait déjà fait sa plaidoirie la veille. Heureusement que la vicomtesse n'avait pas eu de contre temps et qu'elle était sortie de retraite comme prévu le 6 aout. Elle se dirigea directement vers le greffier, consulta les minutes et nota sur un parchemin tout en fronçant ses sourcils :


(Vôtre Honneur,
Reprendre un tel procès quand on n a pas assisté aux débuts est assez complexe. Seulement après environ dix lectures de la défense et autant du témoignage, je me demande si l objet de cette instruction n est finalement pas un conflit d intérêts personnels.
L accusée et son témoin incriminent nettement le Duc d Aigurande, là non plus, je ne suis pas convaincue qu elles soient en position de le faire mais certaines animosités sont connues de tous.
Ce procès traine depuis longtemps, et qui a raison ? Qui a tort ?
La saisine a été envoyée, et aujourd hui, quoiqu il en soit, le Duc d Aigurande n est plus en fonction, et l accusée défend ses terres.
Tout le monde est content non ?
Par conséquent, faute d éléments tenant debout à mon sens, je demande à ce que l accusée soit condamnée à verser à notre Duché un écu symbolique pour avoir eu l audace de s assoupir pendant son procès, ce qui est un manque de respect notoire envers la Cour.

Merci de votre attention.)

Et puis s'avança vers le juge qui, lui aussi, avait changé entre temps. Lui était devenu elle...Pandorha soit!***

Votre Honneur,

Pour commencer, je vous prie de prendre connaissance de ceci.

*** Vroqu lui tendit un parchemin***

http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=67383011#67383011

Comme vous pouvez constater, ce procès n'aurait jamais avoir eu lieu. Ce document a été signé le 14 juillet 1459, le jour même de l ouverture de ce procès à la demande du félon Georgepoilu alors qu'il est clairement dit que; et je cite: Ainsi, le tribunal d un félon ou de toute personne au pouvoir sans reconnaissance royale n a nulle légitimité. Tout verdict rendu par un tel tribunal serait considéré comme nul et non advenu. fin de citation.

Néanmoins je vais quand même insister qu'aucune preuve a été avancé mise à part la saisine à la pairie, saisine en aucun cas illégale. Que la procure actuelle n a rien apporté de plus sauf ses propres réflexions, plutôt déplacées puisqu elle même déclare ne pas avoir assisté aux débuts... et pour terminer...

***Vroqu regarde le procureur avant de continuer***

Vous êtes capables vous de rester 17 jours sans dormir? Je ne pense pas. Car oui Madame la Procureur, car oui Madame le Juge, cela fait 17 jours que ce procès a commencé et ne pas dormir pendant une période aussi longue relèverait de la sorcellerie! Et je ne suis point une sorcière!

Mes respects!

***La vicomtesse retourna à sa place et attendit la réponse du juge, qu'elle espéra n'allait pas tarder, cette farce avait assez duré.***
Citation :
La défense a appelé Zoyah à la barre
~°~°~°~° Procès Vroqu vs Conseillers pro Poilu � Témoignage de Zoyah - Berry � 14 juillet 1459 - (HRP : 17 juillet 2011 , à 10h15 et 53 secondes) ~°~°~°~°



***** « En voilà une bande de mal appris », avait maugrée, la Baronne dérangée alors qu'elle préparait son départ pour Noirlac. Elle s'était saisie du pli estampillé "Tribunal" qui l'informait qu'elle devait témoigner au procès de Vroqu. « Et ben » s'était-elle dit, « ils en ont mis du temps. » L'affaire était délicate à n'en pas douter. Cependant, elle se demandait ce qu'elle allait pouvoir évoquer. Témoigner de quoi au juste ? De son voyage en compagnie de Vroqu ? Soit
La brune s'était alors passée le visage à l'eau claire, déposé un baume antidouleur sur le bleu qu'elle avait sur la tempe et fait tresser ses cheveux. Elle changea de houppelande et opta pour un vêtement sobre de couleur pourpre rehaussé de liserets dorés. Avant de partir, elle fit resserrer le bandage qu'elle avait au bras et autour du torse, et ingurgita une potion censée faire disparaître le mal de crâne. La route de Châteauroux à Bourges lui avait semblé d'une longueur interminable mais lui avait offert le temps de réfléchir à ce qu'elle ferait en revenant de Noirlac. Le cocher la déposa devant le tribunal et là... « Misère... ».... un vrai capharnaüm. Poumona chantait une ritournelle digne des moins fréquentables des bouges, mais ma foi, elle y mettait tellement de c�ur qu'elle avait entrainé quelques pouilleux faisant la manche à sa suite et qui déclamaient la même ritournelle. Puis sur les marches qui menaient au tribunal, entre trois poules qui se disputaient un bout de pain, quelques envolées de pigeons, un jeune traîne-misère qui faisait la manche et une femme en larme de voir son époux condamné pour des impôts qu'il ne pouvait pas payer... Fanfan, Alleaume et leurs sempiternelles joutes verbales... pueriles... stériles... digne du bac à sable.
« Tu fais pas ce que je te dis alors t'es un vilain traître !! »
« Nana, c'est toi le traitre parce que tu veux que je te donne ma pelle et mon râteau et que après je pourra plus remplir mon seau !! Et pis qu'à cause de toi mes copains y z'ont tous été tapés !!

« kwouuaa ?! Suis pas un traitre, j'ai tapé personne mwoua !!! Z'ont qu'a être moins bêtes .. fallait pas dire aux autres de venir avec eux !! "

La Baronne s'approcha, elle grimaça parce qu'ils parlaient fort ou vite ou tout simplement beaucoup et que sa tambourinait sec sous son crâne.

"Menteur, Menteur, Menteur !!! ".. rhaaaa.. toujours ces mêmes arguments à deux deniers. "Purée", se dit Zoyah "on dirait mon neveu de cinq ans dénoncé par son compagnon de jeu ...Menteur..tata c'est un menteur... j'ai pas fait... pas vrai..pas moi qui ait mangé tout le gâteau".
Et Fanfan dans le rôle de l'éternelle tête à claque.

Alleaume, fâché, rentra ensuite dans l'enceinte de l'édifice. La jeune dame s�approcha doucement et adressa quelques mots à Fanfan.


Une fois fait, elle n'attendit pas spécialement de réponse et pénétra dans l'enceinte de la justice Berrichonne. Vroqu était assise sur le banc des accusés... dans le fond le juge... et la procure. La Castelroussine prit place sur le banc des témoins de la défense. Elle était juste arrivée pour entendre Vroqu la faire appeler. Il ne lui restait donc plus qu'à patienter. Habituée de la cour, elle attrapa un greffier qu'elle connaissait bien et lui demanda une copie de l'acte d'accusation puisque ce dernier avait été énoncé avant qu'elle n'arrive. Elle le parcouru des yeux et ne put s'empêcher d'échapper un petit grognement moqueur... puis attendit qu'on la fasse appeler.

Le moment venu, celui où la voix nasillarde du greffier prononça son prénom, son nom et son titre, la Baronne se leva lentement, rassembla d'une main les pans de sa houppelandes pourpre et s'avança. Une fois face au juge, elle balaya la salle du regard avant de commencer, à la recherche de quelques têtes sympathiques. Les soutiens de Vroqu était au final moins nombreux que ces détracteurs dégoulinant de haine. Soupire..." Dieu que la guerre est odieuse"... songeait la brune... . "Elle exalte les faibles d'esprit et c'est le règne des fanatiques, des menteurs et j'en passe...." Heureusement, qu'elle recevait des courriers d'encouragements de certains Berrichons... même des Berruyers. Étonnant... La jeune femme rassurée de voir que la potion avait chassé son mal de tête, prit la parole.****



Bonjour...

La Vicomtesse Vroqu m'a appelé à témoigner afin que je vous raconte ce que j'ai pu voir ou entendre lors de notre périple jusqu'en Bourgogne.

****Un fin sourire teinté d'ironie se dessina sur son visage ovale****

Nous avons quitté Châteauroux au lendemain des élections afin de nous rendre en Auvergne pour que Ydello et moi-même consultions quelques ouvrages d'université et aussi pour que j'apporte une malle d'effets à mon jeune filleul, Jehan-Gabriel qui séjourne chez son père pendant la belle saison. Ce voyage ne fut pas des plus banal...

Alors...

****Les yeux ronds comme des billes et la bouche en c�ur...****

D'abords à Guéret, l'accusée a reçu une lettre qui nous proposait gentiment une escorte armée jusqu'à Limoge...

***Elle sortit de sa manche un pli froissé, copie de ladite lettre et la lut****


***********************************************************************************************
Bonjour ma très chère Vroqu,

J'ai appris ce matin, que toi ainsi que Zoyah, Omeron et Ydelo étaient arrivés à Gueret ! J'espère que vous avez fait bonne route ! J'en ai de suite déduis que tu venait répondre oui à la demande que je t'avais formulé avant de quitter le Berry.

Te souviens tu ? Je m'étais mise à genoux devant toi et t'avais demander de bien vouloir me suivre dans ce magnifique comté afin que nous puissions toutes deux jouir de notre amour en toute sérénité !
Tu ne peu pas savoir à quel point cela m'emplis de bonheur ! Si tu veux je peu demander au conseil de vous envoyer l'armée pour vous escorter jusqu'à Limoges ? Qu'en pense tu ?

Ils ont délicatement escortés le breton Albatrus jusqu'à Chateauroux récemment !

Avec toute mon affection, bonjour à tes compagnons de voyages
**********************************************************************************************


Sauf que nous, nous n'avions pas envie d'être escorté jusqu'à Limoges.. Et puis, il faut bien le dire... Vroqu n'était pas amoureuse. Elle a même rajouté . « Je préférais embrasser le derrière d'une vache que de l'approcher... j'aurai trop peur d'attraper des poux ».
Voyez plutôt...


Nous avons aussi aperçu un drôle de petit bonhomme dépourvu de cheveux qui cherchait son ânon et hurlait même son petit nom « Mon précieuuuuuuuux ». Parfois, il alternait avec « je veux ma mamannnn ». On nous a dit à Guéret qu'il était de la parenté de l'auteur de la gentille lettre de bienvenue.. il portait un étrange nom.. Gollum-Horvy il me semble.. mais je crois qu'il se sont trompés, il était trop poli.


Ensuite, nous sommes allé en Auvergne...
Nous avons fait une halte dans une auberge, l'auberge du Poney Fringant. On a goûté les spécialités locales, Vroqu a même reprit deux fois du saucisson de sanglier. Et elle a dit.. « C'est bigrement bon, mais ça serait meilleur bouillie avec de la confiture à la menthe ». Nous, poli, on a acquiescé mais la confiture à la menthe..eurk.

Il faut avouer aussi, que depuis quelques jours, nous avions la sensation d'être suivi. On croyait que c'était l'autre psychopathe. Que nenni ! Nous avons appris qu'il s'agissait des sept nain'zgul... normal d'être suivi par des nains en Auvergne vous allez me dire, mais bon quand même, il y en a un qui nous a pisté jusqu'en Bourgogne... s'nommait Hector. Une fois on l'a vu, il levait le pouce et sur un panneau en bois il y avait écrit Pâris et juste à côté de lui, il y avait un certain Achille qui lui, voulait se rendre à Troyes où il avait rendez-vous avec une certaine Hélène. Ils pensaient qu'on débarquerait Oméron pour les prendre à sa place... Et à dire vrai on a bien été tenté de se débarrasser d'Oméron... mais lui n'était pas chaud. . Il s'est mis en colère, il a attrapé le Achille par le col et il lui a aboyé dessus.." Si tu crois que je vais me casser les talons pour toi, tu peux aller te faire voir chez les Grecs !"


Après cette péripétie, nous sommes arrivé à Côsnes...
On a regardé les bateaux, c'était joli mais ça puait la marée. Oméron lui se sentait dans son élément.. sauf qu'il déplora qu'il n'y ait pas de moules. Du coup, il s'est promit d'aller voir la mer. On a filé ensuite à Sémur où nous étions attendu par la petite-nièce de Vroqu, Anne de Culan. Elle est en train de rénover un ancien hôtel qui appartenait jadis à un certain Maistre Elrond. Je ne sais pas si c'est parce que c'était très haut de plafond, mais en tout cas, la menuaille locale en désignant le logis, s'exclamait souvent « A fond les Combles !! » Cela sentait un peu le emplâtre et le vernis du coup, elle nous a invité à souper sur la terrasse qui surplombe l'Armançon. On était bien toutes les trois... sans personne pour nous gâcher le paysage.

On nous a servi si ma mémoire est bonne..�ufs en meurette, lapin en gibelotte, b�uf au vin rouge et poire au vin... le tout accompagné de vin rouge de Bourgogne bien évidemment. Vroqu et Anne ont parlé famille � mais comme j'ai un peu de mal à supporter la cuisine au vin, surtout que le cuisinier de Dame Anne a la main lourde, ça m'a un peu éméché, du coup je suis allée me coucher et Vroqu aussi.

Nous avons séjourné là-bas quelques jours, le temps de visiter...ensuite j'ai laissé Vroqu et prie la route pour la Champagne puisque je comptais au départ me rendre à Tastevin pour y faire retraite.

Tout ça pour dire que si j'ai bien entendu des critiques à l'encontre du Fier, l'accusée n'a rien dit qui puisse nuire eu Berry. Et je ne crois pas qu'on puisse définir le Fier comme institution ducale... et que ce procès inique, qui rejoindra à n'en pas douter le bêtisier des archives judiciaires juste aux côtés du procès Astaroth., est certainement basé sur cette confusion.

L'acte d'accusation est creux... Je vois mal ce que l'accusée pourrait développer comme défense en l'absence de preuve... De plus, Il est nullement interdit en Berry, ni ailleurs de déposer une saisine. Par contre, c'est pas conseiller de mettre un félon sur le trône.. euh... je crois qu'il va falloir revoir votre notion de la traitrise. Quant à vos informateurs, j'espère qu'ils auront le courage de venir témoigner d'eux-même... qu'on juge de leur crédibilité.

De plus, je souligne à la cour que Vroqu s'est faite accuser de traitrise bien avant qu'elle revienne en Berry. Du coup, je m'interroge .. si preuves il y a, pourquoi ne pas l'avoir inculpée immédiatement.. La fabrique serait-elle fermée jusque là pour laisser ses ouvriers travailler aux moissons ?

*** petit sourire en coin ***

Maintenant je dois me rendre à Noirlac... sur ce je vous laisse.


***La Baronne salua la cour, alla se pencher à l'oreille de Vroqu pour lui souhaiter bon courage et sortit du tribunal afin de rejoindre son carrosse.****
Citation :
Enoncé du verdict
[Dans son bureau]

*Pandorha était planté devant son miroir, elle était fatiguée, elle avait pensé ses derniers jours à un procès en particulier. Celui de Vroqu, elle avait trois solutions, elle avait pourtant choisi celle de faire face, elle avait été élue et elle devait assumer, on ne jetait pas ses responsabilités quand cela devenait trop dur, il fallait dans la vie assumer ses choix, elle assumerait donc sa décision d'être au conseil ducal et d'avoir été faite Juge.

Elle avait mit une robe verte, elle avait eu envie de mettre cette robe. Ainsi, après avoir pris le dossier en main, elle se rendit au tribunal. *

[Au tribunal]

Elle resta un petit moment devant les portes du tribunal, était-elle vraiment sûr ? Elle avait envie de faire demi tour et de laisser le duc trancher cette affaire, mais il l'avait mise juge, c'est donc qu'il devait avoir confiance en son jugement. Pandorha devait suivre son coeur et son bon sens, elle devait suivre les preuves et il n'y en avait pas. Après un long soupir, elle reprit son sérieux, tout sourire avait disparu de son visage, elle entra et alla prendre sa place.

Passant son regard sur les personnes présentes, elle se retenait de pousser un autre soupir.
La jeune femme était à sa place. Elle était debout, elle devait être forte, elle savait que son verdict ne lui apporterait pas le bonheur. *

En ce 11 ème jour du mois d'août de l'an de Pâques 1459, moi, Pandorha de Noldor, Juge du Berry par la volonté de Sa Grâce Alleaume de Niraco, Duc légitime du Berry, je vais rendre mon verdict.

Après avoir bien étudié le procès, procureur, accusé et témoin, je décide que,

Un procès doit être fait sur des preuves, qu'il n'est pas acceptable de demander à un juge rendre un verdict sans preuve.

Que le juge doit juger une personne sur la raison de sa mise en procès et non sur sa vie entière. Le dépôt d'une saisine n'est en rien illégale, d'autres personnes l'ont fait et ils ne sont pas en procès.

De même quand on accuse une personne de complot ou pour d'autres choses, le minimum est d'apporter des preuves ou des témoignages. Il est facile d'accuser et il est moins facile de prouver ce qu'on dit. Egalement, j'ai pu voir que la vicomtesse Vroqu défendait le Berry.

Ainsi, je suis le procureur Sa Grâce Claire_g et je prononce la relaxe.

*Petite pause pour se redonner du courage et on repart. *

Néanmoins, je ne rajoute pas les 1 écus demander en symbole. Soit on est coupable, soit on ne l'est pas. Et quand on est coupable de haute trahison, ce n'est pas d'une peine de 1 écus qu'on a.

Je profite de ce procès pour mettre les choses au clair également.
La déclaration du Grand Chancelier de France ne concerne en rien les verdicts rendus sous le règne de Alleaume de Niraco, duc reconnu par la couronne. Que nulle personne ne pourrait remettre en cause ce que je viens de dire, puisque je tiens ses propos après avoir directement écris au Grand Chancelier de France.

Vicomtesse Vroqu, aujourd'hui vous êtes relaxée.

Qu'il en soit ainsi !

*Pandorha attendit un petit instant, mais finalement elle se retira rapidement, elle avait les jambes qui commençaient à ne plus supporter son corps. Toute la pression retombait, elle avait fait son devoir et si cela ne plaisait pas et bien, cela ne l'empêcherait pas de dormir.*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Vroqu - 11.VIII.1459 - R - haute trahison
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tilouis - 4.VIII.1459 - R - Haute trahison
» Rodrielle - 15.VII.1459 - C - haute trahison
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand
» Haute trahison - Farwen
» [TOP] Fred65140 - Haute trahison - 10/10/1458.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau de Bourges :: Greffe Ducal :: Archive des procès :: Révolte - Prise du Château - Trahison-
Sauter vers: