Gestion du Duché du Berry - RR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Elfenoire - 21.VIII.1458 - C - TOP (Racket)

Aller en bas 
AuteurMessage
Gilberg
Vieux Duc
avatar

Nombre de messages : 5256
Age : 37
Fief : Vicomté de Bretagne
Date d'inscription : 25/01/2006

MessageSujet: Elfenoire - 21.VIII.1458 - C - TOP (Racket)   Dim 22 Aoû 2010, 19:02

Juge : Gilberg
Procès instruit par : Georgepoilu

Accusé : Elfenoire
Accusation : Duché du Berry


Témoins :


Sanction prononcée par la Cour :
Arrow 5 jours de prison, 15 écus d'amende et 3 mois de bannissement



Minutes du procès :

Citation :
Acte d'accusation

Votre honneur

Agad'on cet abuteur attrapé par nos argousins

Anui, ce 1er aoûti 1458, sur un routin près de Castelroux deux abuteurs appelés Elfenoire et Crotal ont sauté à la gorgeaniot d'une gazoute Solore

voici les registres de l'argousin
https://i.servimg.com/u/f31/13/01/49/10/2png10.png

L'argousin qu'a s'trouver la gazoute viendra témoigner pour compléter mes propos et d-établir effraction à nostre droit coutumier

l abuteur va surement marouner. Anui, ne vous laissez point aloter par ses mentes et envoyer le en touisme. 3 jours en touisme et 250 écus pour les frais de séjour, réduit à 125 s'ils les versent au fonds des victimes. Itou 3 mois loin de nostre pays.

George le poilu
Procureur du Berry

* la personne assise à coté du juge se lève alors* moi Aristobald, interpréte franco berrichon, vous traduit les propos du procureur à vous qui n'êtes point de notre pays et n'en parlez point la langue.

ce 1er août, vous avez détroussé la dénommée Solore près de Chateauroux. Le procureur demande 3 jours de prison et 250 écus d'amende, réduit à 125 si vous les payez volontairement, et un bannisssement de 3 mois.

* sur ces paroles, il s'assied*
Citation :
Première plaidoirie de la défense

Je me présente Kitiara dite Elfenoire , je suis Fille de Gascogne et Capitaine de Caraque.

Nous traquions des brigands hispaniques, nous les avons repères a la tombée de la nuit. Mon ami et moi nous sommes donc embusqués dans les fourrés du bord de route.

Au milieu de la nuit nous avons attaqué leur camp. Manque de chance ils l avaient déjà abandonné, tout ce que l on a trouvé c�est cette drolesse qui criait comme une truie que l on égorge. Je ne sais pas ce qu elle faisait dans leur camp, peu etre leur a t elle accordé ses faveurs contre écus sonnants. Je lui ai envoyé quelques coups de bottes en lui disant d arreter de meugler. On lui a rien pris, que fait une femme seule sur les chemins ?
C est surement une clocharde au vu l odeur qu elle dégageait. Elle puait plus que nos chevaux.
Maintenant elle vient pleurnicher pour réclamer des biens quelle n�avait pas. Elle manque pas d aplomb.
*Elfe se retourne et regarde la pleurnicharde. *

Je comprends pourquoi tu es partie de Gascogne, les gens sans fierté n ont pas leur place la bas.

*Elfe se retourne vers le juge*

Ne tombez pas dans ses mensonges et pleurnicheries. C est une grande simulatrice.
Je m en remets a votre bon sens.

*Elfe tourna les talons et repartit s asseoir*
Citation :
Réquisitoire de l'accusation

cette brigande professionnelle connait les risques de son métier

Elle est évidement coupable et a refusé la transaction proposée par la prévoté, je vous demande donc 3 jours de prison, une amende de 250 écus et 3 mois de bannissement de notre pays

pour la procure ce 13 aout 1458, George le poilu, Procureur
Citation :
Dernière plaidoirie de la défense

La personne intéressée ne s'est pas manifestée.
Citation :
L'accusation a appelé Omeron à la barre

*Les routes berrichonnes ressemblaient un peu trop à une zone de non-droit, espérant que l'armée allait couper quelques têtes Oméron rêvassait en attendant son tour. Quand il fut appeler à témoigner, il soupira et vint s'acquitter de sa charge.

Cher juge, Procureur et Greffier! Vous n'êtes pas sans savoir que nous jugeons bien trop de brigands ces derniers temps. Nos routes sont en train de sombrer dans un non-droit parfaitement intolérable et chaque jour les fonctionnaires de polices voient débarquer des voyageurs en pleurs, roués de coups et les poches vides, c'est proprement scandaleux.

Dans la nuit du 31 juillet 1458, dame Solore s'est fait racketter par deux personnes, un homme et une femme sur les routes berrichonnes entre Châteauroux et Guéret. Malgré ses blessures elle réussit tant bien que mal à rejoindre la ville de Châteauroux au petit matin pour porter plainte. La pauvre était dans un piteux état mais se souvenait parfaitement de ses agresseurs dont elle m'a dressé le portrait. *prenant son parchemin il cita le témoignage de la victime*

"Deux ! Ils étaient deux sur moi ! Une femme brune tout habillée de blanc, plutôt habillée léger et un homme blond. Oui, un blond avec un pantalon noir, je m'en souviens très bien. La femme parlait en gascon, je le sais, j'ai habité longtemps à Bayonne."

Sur la base de ces description nos patrouilles ont coincés ces deux zouaves *Montrant les deux accusés du doigt* vous remarquerez qu'ils ont été décrit parfaitement et si ça ne suffisait pas je suis sur que la victime les désignera comme ses bourreaux ici même.

La victime qui viendra témoigner m'a également confié s'être fait voler je cite "172 écus, un bouclier, du maïs, un poisson !" Autant dire une petite fortune pour un voyageur. Les preuves collectées par moi même et fournies ici par le procureur sont irréfutables, merci donc d'être d'une extrême sévérité envers cette vulgaire brigande qui, non content de suivre un scélérat prénommé Crotal ce qui vous en conviendrez est parfaitement ridicule, se permet de racketter des femmes... Où va-t-on si les femmes se rackettent entre elles, elles qui symbolisent la maternité la vie et tout ce qui est bon sur cette terre.*regardant l'accusée dans les yeux il ajoute.Cette...Elfenoire est une fripouille, elle mérite la peine la plus lourde qui soit.

*son témoignage terminé le sergent de police retourna s'asseoir.
Citation :
L'accusation a appelé Solore à la barre

La voici donc celle qui l�a laissée pour morte sur le chemin. Se lève et montre la femme brune du doigt, accusatrice.

"Je la reconnais ! C�est elle et son compère qui m�ont agressée, volée et rouée de coups au petit matin du 01 aout. Elle, qui est la honte de la Gascogne ! Elle tape dur la bougresse et à mes cris, elle tapait encore plus fort. Et en plus, elle m�injuriait en Gascon, je le sais, cette langue je la parle parfaitement."

Secoue la tête et fulmine

"Me laisser presque morte sur le chemin, moi, et partir avec tout ce que j�avais � Une Gasconne ! J�avais quelques écus et quelques marchandises dont un bouclier que j�amenais à un ami � et il ne me reste plus rien ! Ils m�ont tout pris ! Ils m�ont tout pris mais laissé un corps bien abimé �

Laisse le temps au juge et au procureur de bien regarder son visage tuméfié et les implore

"Punissez-la bien fort et vengez-moi ! Vengez la Gascogne ! Cette femme est une honte pour nous !"
Citation :
Verdict de la Cour

*** Une autre affaire de brigandage. Et, fait exceptionnel, à la fois le plaignant et l'accusé étaient présents. Jour à marquer d'une pierre blanche !

Ecoutant l'accusée, Gilberg ne put retenir un sourire. Des brigands chassant des brigands ; voilà une bonne idée, on devrait les laisser s'égorger entre eux, pensa-t-il. Malheureusement, voilà qu'ils ont ripé, et s'en sont pris à une honnête voyageuse...

S'adressant à l'accusée. ***

Je me fiche bien de savoir que vous traquiez des brigands. Le Berry n'est pas votre terrain de jeu, et si vous pensiez y trouver des bandits hispaniques, ou de quelque origine qu'ils fussent, ce sont ses légitimes autorités que vous auriez dû prévenir. Votre acte ne relève pas de la justice, mais du brigandage du plus bas niveau.

*** Se tournant vers la victime. ***

Madame, croyez bien que je regrette ce qui vous est arrivé. Toutefois, vous me permettrez de considérer que l'honneur de la Gascogne, c'est bien le cadet de mes soucis.

*bam bam bam*

Moi, Gilberg, Vicomte de Bretagne, Juge de Berry, rend jugement dans l'affaire opposant le Duché du Berry à Elfenoire,

Vue la loi relative sur le respect d'autrui faite sous la Duchesse Josybabas, le 27 juillet 1454 :
« Le brigandage avec ou sans violence n'est pas toléré en territoire berrichon. Les contrevenants seront poursuivis pour trouble a l'ordre public. »

Considérant que la dénommée Elfenoire a attaqué, le 1er août, Solore, sur la route de Châteauroux,

Attendu que ni l'accusation de la Procure, ni les divers témoignages n'ont été contestés,
Attendu que l'accusée a elle-même reconnu les faits,

Pour ces motifs, la Cour reconnaît la dénommée Elfenoire coupable de Trouble à l'Ordre Public.

Attendu que la coupable n'a pas agi seule, mais avec un complice, Crotal,
Attendu que la coupable ne s'est pas présenté au tribunal pour y entendre le verdict,
Attendu que la coupable n'a à ce jour jamais été condamnée en Berry,
Attendu que la coupable a dérobé avec son complice, aux dires de la victime, pour plus de 200 écus d'argent et de marchandises,

La Cour condamne la dénommée Elfenoire à 5 jours de prison et 15 écus d'amende, son état d'indigence m'interdisant de la condamner plus durement.
La Cour prononce en outre le bannissement du Berry de la dénommée Elfenoire pour une durée de trois mois à compter de ce jour.

Je rappelle que les parties peuvent, si elles le souhaitent, faire appel de ce jugement devant la Cour d'Appel.

Rendu à Bourges par Gilberg, Juge du Berry
Le 21 août 1458,
Vroqu étant duchesse

_________________
Vicomte de Bretagne et de Chateaumeillant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Elfenoire - 21.VIII.1458 - C - TOP (Racket)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paco.. - 18.VIII.1458 - C - TOP (Racket)
» Shigella - 29.I.1458 - C - TOP (Racket)
» Em2.e_x - 25.III.1458 - C - TOP (Racket)
» Sasker - 6.XII.1458 - C - TOP (Racket)
» Flodusmv - 2.VI.1458 - C - TOP (Racket)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau de Bourges :: Greffe Ducal :: Archive des procès :: Brigandage-
Sauter vers: