Gestion du Duché du Berry - RR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Gio912 - TOP - Brigandage - 22 mars de l'an de Pâques 1461

Aller en bas 
AuteurMessage
Ysabeau
sujet acharné
avatar

Nombre de messages : 27920
Fief : Sury près Léré
Fontion sociale : ex-rectrice, douanière, voyageuse
Date d'inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Gio912 - TOP - Brigandage - 22 mars de l'an de Pâques 1461   Dim 20 Avr 2014, 18:02

Procès ayant opposé Gio912 au Duché du Berry

Gio912 était accusé de trouble à l'ordre public.

Le jugement a été rendu
Enoncé du verdict
Le prévenu a été relaxé.
Il était temps de rendre le verdict. Ysabeau revint dans la salle d'audience avec l'ensemble de ses notes, s'assit dans le fauteuil du juge, frappa la table de son marteau et dit :

Accusés, levez-vous !
- Attendu que Theodule, Estainoise et Steam ont bel et bien été dépouillés de leurs bien par un groupe de quatre personnes, un homme et trois femmes, entre Gien et Sancerre
- Attendu qu'ils ont fourni des descriptions précises de leurs agresseurs
- Attendu que Foudre, milicien sancerrois, a vu le groupe des accusés du haut des remparts de Sancerre, et ce par deux fois, est descendu des remparts pour les identifier, les a entendu parler d'agression commise, et a jugé que ce groupe était celui des agresseurs de Theodule
- Attendu cependant que les accusés nient tout brigandage
- Attendu également que Theodule, présent au tribunal, ne reconnaît vaguement qu'une personne parmi les quatre, à savoir dame Sabiha

Je constate
- Que de forts soupçons pèsent sur Kahlyana, Sabiha, Gio912 et Flote.
- Que cependant reste un doute concernant les auteurs de ce méfait
- Qu'en toute justice, le doute doit bénéficier aux accusés.

En conséquence,
-Prononce ce jour la relaxe de Kahlyana, Sabiha, Gio912 et Flote.


Le marteau frappa et Ysabeau ajouta, regardant les accusés :

Je n'ai aucune raison de mettre en doute le témoignage de Foudre. Vous avez de la chance que Theodule ne vous ait point reconnus formellement. Vous avez tous, j'ai vérifié auprès de la mairie, des appartements à Bourges. Vous avez donc parfaitement pu vous y rendre pour y déposer le fruit de vos larcins, et vous changer.
Sachez donc que le doute demeure.
Sachez qu'à la moindre incartade vous concernant, la justice ne vous fera pas de cadeau.
Procès terminé ! Vous êtes libres, mais pas de brigander...


Et elle demanda à l'huissier d'ouvrir les portes de la salle afin que tous puissent sortir.


Acte d'accusation
*Arrive au tribunal avec les mains remplit de dossier 4 criminel supposé qui avais dérobé des bien d’un contrat de provision pour une mairie.*

Bonjour à tous votre honneur mes sieur et dame de la cours, dame greffière
J’ouvre ce procès en ce jour du 22 mars 1461 pour une affaire qui c’est dérouler entre Giens et sancerre le 20 mars 1461 ( vus qu’ au Berry nous ne sommes pas encore passer à la nouvelle année qui ce déroule le 1 er avril^^)

La cours convoque dès à présent les personnes suivantes à venir témoigner sur leur agissement du 20 mars.

Dame Sabiha / messir Flote / dame KAHLYANA / et dame Gio912

En effet la nuit du 19 au 20 mars entre sancerre et Gien et d’après les témoignages reçus que moi procureur du Berry, transmettra dans le dossier, afin que votre honneur puisse faire la lumière sur cette affaire.

Mais revenons-en au fait pour ce procès et quelque rappelle de la loys que nul est censé ignorer.

Petit rappel de la loi :

*prend son petit coutumier et dict. à haute voix les loys qui corresponde.*

Livre II : Lois Pénales Sur l’ordre public

17) Constitue un acte de trouble à l’ordre public, toute perturbation au bon ordre, à la sécurité, à la salubrité et à la tranquillité publique (extrait du droit coutumier établi par Volpone et Arnvald en 1451)

5- Le brigandage avec ou sans violence n’est pas toléré en territoire berrichon. Les contrevenants seront poursuivis pour trouble à l’ordre public. (Loi faite sous Josybabas le 27 juillet 1454)

Maintenant que les loys sont clair pour tout le monde.

Votre honneur et madame greffière je vais vous énoncé les lettre des témoignages des victimes qui ont eu affaire aux accusé ici présent.

Victime numéro un messir Theodule

La lèvre également coupé, l'oeil gauche poché, des ecchymoses et autres bleus parsemés son corps, le blond marchand suivit de près la damoiselle de la Morinière.

Conduisant la chariote, ils avaient aperçu, bien qu'un peu tard, quatre gens sortir des sous-bois armés de bien mauvaises intentions. Quelques ecchymoses et un combat épique, dirait le blond, plus tard, ses compagnons et lui en sortaient soulagés d'écus, de plantes, de charrettes, de quelques vêtements. Pour sûr, ainsi légers gagner mais légèrement boitant gagner Sancerre ne fut pas une mince affaire.

Il lut le vélin de vilains et y annota ses remarques

[rp]20/03/1462 04:07 : Vous avez été racketté par un groupe composé de : Un grand chauve chapeauté avec autour du cou une grosse médaille aristotélicienne, une femme casquée étrangement vêtue d'une armure séleucide, et les fesses à moitié à l'air (mais quelle époque Oo), une autre femme fourrée dans une cape et sûrement armurée aussi (oui c'est à cause du bruit du bling bling lors de ses déplacements) portant un bouclier séleucide avec une tête de taureau ainsi qu'un coupe pain comme lame et pour finir une brune avec même bouclier séleucide et coupe pain dans une côte de maille. pfiuuuu[/rp]

Il y aurait mieux valu rester couché

Victime numéro deux. Dame Steam
Pleine de bleu, la lèvre gonflée et coupée, boitant légèrement Steam entre au bureau de police.

Oui parcqu'il faut dire qu'entre Gien et Sancerre ça avait été la fête youpi tralala.. A peine endormi dans la chariotte, que quatre individus sortis dont on ne sait où leur était tombés dessus, et PAF et BING et BOM.. Elle s'était réveillée au petit matin, dans sale état la Steam, et plus rien dans les poches, même plus son unique tartine de confiote qu'elle se réservait pour le petit matin. Elle alla donc crier famine chez la police sa voisine (heu oui facile et nule Oo ) Bref, un peu énervée parcque bon une Steam qui a faim est une Steam énervée, elle avait notée tout ce qui lui revenait en mémoire pour pouvoir prévenir la marée chaussée. Et de poser son vélin de vilains sur le petit bureau.

[rp] 20/03/1462 04:07 : Vous avez été racketté par un groupe composé de : Un grand chauve avec autour du cou une grosse médaille aristotélicienne, une femme casquée étrangement vêtue d'une armure et les fesses à moitié à l'air (mais quelle époque Oo), une autre femme fourrée dans une cape et sûrement armurée aussi (oui c'est à cause du bruit du bling bling lors de ses déplacements) et pour finir une brune dans une côte de maille. pfiuuuu [/rp]

Oheeeee ya quelqu'unnnnn ? Aieuuuuuu !

*Bois une gorgé d’eau fraiche après avoir cité les deux lettre des victimes. Puis les pose devant les accusé et dame le juge a fin qu’il puisse lire les accusations faite *

Je laisse la parole à l’accusé à fin qu’il réponde de leur crime et il est important de signaler une petite règle.

Conformément à la coutume berrichonne, l'accusée a le droit de se faire représenter par l'avocat de son choix. L'ordre des avocats du dragon propose de représenter à titre gracieux toute personne qui en feront la demande.

*Signe les documents du dossier en bas de page *

Procureur vincent de Noldor (vincent07 ig )
A bourges dans le duché du Berry le 22 mars 1461
Pour Sa Grâce Bubul d’Arundel des Olonnes, dict Bubul27

Première plaidoirie de la défense
Gio écouta avec attention le procureur puis la déclaration de Kalhy, Sabiha, Flote et le témoignage d’Ac. Il ne restait plus que son témoignage. Gio se leva s’avança pour prendre la parole.

Votre Honneur, Dames et Sieurs de la Cour, Dame Steam et Messire Theodule
Gio fit comme ses compagnons elle s’inclina en signe de respect

J’ai recu une convocation me demandant de me présenter. Et je suis très étonnée de constater que d’une accusation de trouble à l’ordre public celui-ci se transforme en accusation pour brigandage.
Pour ma part je ne vais que confirmer ce que mes compagnons on déjà dit.
Comme ils vous l’on déjà dit nous sommes d’honnêtes voyageurs accusés d’un crime que nous n’avons pas commis.

C’est un fait établit que nous étions sur les routes cette nuit-là puisque je répèterai ce qui a déjà été dit nous retournions chercher notre ami à Cosnes.

Je m’étonne que vous ayez la description de faits avec certitude car la nuit est tres noire et on n’y voit pas grand-chose sur les chemins.
Je peux supposer que ces personnes ont été attaqué je ne remets pas en cause leurs paroles. Mais n’ayant pas reconnu leurs agresseurs ils ont pu faire une déposition en décrivant des voyageurs rencontré à l’arrivée en ville. Tout est à prendre en compte.

Nous nous sommes installés à Bourges pendant le temps du procès. N’ayant pas été très bien accueillis après tous ces évènements et vous pourrez le comprendre nous ne désirons pas provoquer plus de trouble.
De plus nous n’avons pas pris la fuite comme l’aurait fait toute personne se sentant coupable. Tout cela pour vous démontrer notre bonne foie

Votre Honneur, Dames et Sieurs de la Cour, j’espère que vous prendrez en compte toutes nos explications.
Gio salua les différents partis en s’inclinant et partie se rassoir auprès de ses amis

Réquisitoire de l'accusation
Votre honneur j’appelle à la barre un des témoins et je rajoute aux preuves déjà présentes dans le dossier de nouveau fait.
Témoin numéro 3 Estainoise d'ici ou d'ailleurs
Et dire qu'il est dit partout dans l'royaume que le Berry ne sait qu'accueillir et protéger les brigands, votre missive met fin aux racontards.
Savez vous que nous les avons encore croisé à notre retour, mais fort heureusement,
soient ils ne nous ont pas vu parce qu'on faisait le moins de bruit possible, faut dire que sans charette et allégés de nos écus, c'était bien plus simple aussi,
soient ils n'ont pas voulu s'acharner sur nous vu notre état, et je dirais que voilà des brigands attentionnés.

J'ai le regret de vous dire que je ne peux revenir en Berry pour participer à ce procès, j'en ai bien peur, car d'autres horizons m'appellent ailleurs.
Je puis cependant vous faire mon témoignage dans cette missive de ce que j'ai pu voire et entendre de cette nuit du 20 mars de l'an 1462.

Ils étaient quatre. Un homme au chapeau et trois femmes...mais pas des femmelettes.
Elles étaient toutes armées jusqu'aux dents, épées et boucliers. L'une d'entre elles portait même un haume magnifiquement forgé et bien entretenu.
Je l'ai remarqué parce que sous un éclat de lune, il a étincelé.
Malgré ma connaissance des armes, j'avoue ne pas avoir eu le dessus, et ils n'y sont pas allés de mains mortes aussi.
Nous, nous étions juste trois, un homme et deux femmes, sur la route de gien vers Sancerre.

Mais quelle idée j'ai eu aussi de partir avec une pioche plutot qu'une épée!

Tout a été tellement vite que je n'ai pas vu grand chose pour finir. Peut être que Toc ou la dame qui l'accompagne sauront vous en dire plus?
Il me semble avoir entendu quelques mots cependant, sans que je puisse dire lesquels, ou plutot des rales mais des rales de filles....aux accents pointus.
Ayant vécu ou voyagé dans les régions du sud, il m'a semblé entendre des intonations de la lanque d'Oc.
Mais peut être aussi que j'me trompe....c'est qu'ils m'ont bien sonné!

Ce qui est sur c'est que tous les quatre sont partis avec ma charette et aussi celle de Toc. Dans ma charette, je devais avoir une vingtaine de sacs de maïs.
J'avais aussi une bourse de deux cents écus environ que je portais à ma ceinture mais je crois savoir que celle de Théodule était bien plus conséquente.
Mais je ne sais pas ce qu'il avait sur lui.
J'imagine qu'il pourra vous le dire ...

Je ne sais si mon témoignage vous sera utile dans votre quête de justice.
Et s'il s'avère que les individus que vous avez arrêté s'avèrent être nos brigands, pendez les!
S'en prendre à Estainoise, ils ne manquent pas d'culot!

Au plaisir de se revoir,
je suis presque remise, juste encore fatiguée,
j'ai connu pire comme rouste....

Estainoise

Votre honneur le témoignage suivant prouve bien que la description des individus ici présent son très concordant
De plus notre témoin a bien confirmé lui aussi qu’il avait reconnus tout ce petit monde arrivé sur sancerre
Donc je pense votre honneur qu’on veut nous faire passer pour des pardonner l’expression pour des branquignols
Il faut que justice soit faite l’accusation à apporter assez d’élément dans le dossier afin de rendre une justice fiable et sans bavure
L’accusation réclame que les individus Paye 150 Ecu chacun et que 5 jour de prison soit permit a fin, de leur faire comprendre qu’au Berry qu’on ne soit pas des branquignols

Merci de ma voir écouter votre honneur.
*S’assoit après la conclusion et attend l’énoncé du verdict *

Dernière plaidoirie de la défense
La personne intéressée ne s'est pas manifestée.

L'accusation a appelé Foudre à la barre
Voici son témoignage :
Bonjour votre Honneur,

Étant sur les remparts afin de défendre la belle ville de Sancerre, je vis passer les 4 personnes accusées et ici présentes .
Celles-ci semblaient s'être battues avec d'autres voyageurs et se narguaient d'avoir allégés de leurs bourses et objets de pauvres et honnêtes commerçants.

Je les vis ensuite se diriger en direction de la ville de Cosne

Le lendemain, toujours sur les mêmes remparts je les vis entrer dans Sancerre accompagnés d'une cinquième personne.
Ils paraissaient joyeux et se disaient fiers d'avoir facilement détroussés de pauvres gens sur les routes du Berry en toute impunité.

Le sur-lendemain il prirent la direction de la ville de Bourges.

J'espère que mon témoignage de défenseur de Sancerre vous aidera à faire la vérité sur ce procès.

_________________




Le ciel est à tout le monde !
Vicomtesse (hé oui !) de Sury sur Léré
servante du Berry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bixente-Chouch
sujet acharné
avatar

Nombre de messages : 957
Age : 100
Fief : Chou sur soupe
Fontion sociale : Chouchiculteur
Date d'inscription : 02/10/2014

MessageSujet: Re: Gio912 - TOP - Brigandage - 22 mars de l'an de Pâques 1461   Lun 24 Nov 2014, 13:52

Procès ayant opposé Olive. au Duché du Berry

Olive. était accusé de trouble à l'ordre public.

Le jugement a été rendu
Enoncé du verdict
Le prévenu a été reconnu coupable de trouble à l'ordre public.
Arrivant, dans sa robe neuve de Juge du Berry, il avait un peu de retard, ayant dû passer chez le tailleur réajuster le bel habit, après avoir prit place, il invite le tribunal et l’assemblée à reposer leurs séants sur leurs sièges respectifs, puis ouvre le dossier Olive.

Chaussant son lorgnon, il relit celui-ci instruit par la Procure de régence.

Ainsi deux voyageurs, avaient été détroussés entre Bourges et Saint Aignan, bien que les dits voyageurs soient des étrangers au Berry, voilà bien des faits impossibles à tolérer sur les routes Berrichonnes, aussi pour bien démontrer la volonté du nouveau conseil Berrichon de retrouver la quiétude en son Duché, il se devait de décourager d’éventuels malandrins à commettre de tels faits.

Il appelle alors l’accusée à venir se présenter devant lui, quand celle-ci fût debout à quelques pas de son trognon de chou, il lui indique la sentence :

Damoiselle Olive, après avoir entendu les faits qui vous sont reprochés instruit par la Procure, conformément aux lois et coutumes de notre Berry, notamment l’article :

Livre II : Lois Pénales
Sur l’ordre public
17) Constitue un acte de trouble à l’ordre public, toute perturbation au bon ordre, à la sécurité, à la salubrité et à la tranquillité publique (extrait du droit coutumier établi par Volpone et Arnvald en 1451)

Que vous puissiez une fois pour toute comprendre que le brigandage sur les terres du Berry, ne reste point impuni, je vous déclare coupable des faits qui vous sont reprochés, à savoir d’avoir brigandé la nuit du 26 au 27 du 9ème mois de l’an de grâce 1462 entre Bourges et Saint Aignan, Messire Charpente et Dame Ivania, vous les avez allégé de 400 écus, 1 épée, 1 bouclier et de quelques provisions de bouche et objets divers.


Vous condamne donc à une peine de 3 jours dans un centre de redressement pour enfants pénibles et turbulents( 3 jours de prison IG), ou le menu sera exclusivement à base d’endive et le chant interdit hors mis pour louer la bonté d’Aristote, et à une interdiction de fouler le sol du Berry jusqu’à la fin de cette année 1462 ou en date du 31 du 12ème mois de l’an de grâce 1462.

Que cette interdiction de fouler nos terres étant considérer comme un bannissement avec les conséquences que cela entraine en cas de non respect de celle-ci.

Sachez que conformément à nos lois vous avez la possibilité de faire appel de ce jugement.

Fait en le tribunal de Bourges, par Bixente_Chouch Juge du Berry sous le Règne de notre Duchesse Astérie, le 21ème jour du 11ème mois de l'an de Grâce 1462

Fait alors tomber d’un coup sec son trognon de chou séché lui servant de marteau, sur le bord du bureau

Plannnnnnnnnnncccc
Le prévenu a été condamné à une peine de prison de 3 jours.


Acte d'accusation
Province : Berry sous la régence de Son Altesse Lexhor d'Amahir

Accusés : Olive. (http://www.lesroyaumes.com/FichePersonnage.php?login=Olive.)
Victimes : Charpente (http://www.lesroyaumes.com/FichePersonnage.php?login=Charpente)
Ivania (http://www.lesroyaumes.com/FichePersonnage.php?login=Ivania)
Montant des biens dérobés : 400 écus, une épée, un bouclier, 4 caillou et de quoi manger pour deux jours
Lieu : entre Bourges et Saint-Aignan
Date de l'infraction : Nuit du 26 au 27 septembre 1462
Preuve : Lettre du plaignant et témoignages des plaignants

Loi :
Livre II : Lois Pénales
Sur l’ordre public
17) Constitue un acte de trouble à l’ordre public, toute perturbation au bon ordre, à la sécurité, à la salubrité et à la tranquillité publique (extrait du droit coutumier établi par Volpone et Arnvald en 1451)
(Source : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=1661262 ou http://nsa34.casimages.com/img/2014/08/12/140812014132859466.jpg)
Acte à faire sous l'inculpation de Trouble à l'ordre Public.

Lettre du plaignant :
Bonjour Dame procureur,

J'ai fait un courrier au Capitaine Zelenka pour lui faire part d'une attaque dont j"ai été victime ces jours ci avec une dame que j'escortais pour le compte de la mairie de Saint-Aignan.

Elle me renvoie vers vous pour donc enregistrer ma plainte pour vol.

Voici ce que je peux vous soumettre comme document en ma possession : j'avais sur moi plus de 400 écus, une épée, un bouclier, 4 caillou et de quoi manger pour deux jours de niveau 3. Ne m'est resté que mes habits et mon bâton par miracle que je portais.

J'espère que vous allez pouvoir intervenir sachant que cela c'est produit entre Bourges et Saint-Aignan.

Je vous souhaite une bonne journée et vous envoie mes salutations distinguées.

Charpente

Témoignage de Charpente :
Je ne connaissais point ces deux personnes avant ce jour funeste pour moi et la personne que j’escortais dont le nom est dame Ivania.
En effet nous avons eu le temps de voir qu’il s’agissait d’un homme et d’une femme qui n’ont pas hésité s’interpeller et dont je me souviens parfaitement de leurs noms, à savoir pour l’homme Ichigo et la femme Olive. Pour ce qui est de décrire ces personnage, lui était grand et richement vêtu, tout de noir vêtu et la tête couverte d’une sorte de capuche qui aurait du me cacher le fit qu’il porte moustache et petit bouc, et pour la dame ce qui a frappé est le port d’un chapeau de noël à cette époque de l’année, pour le reste à part un mélange douteux de bleu et de jaune, je ne saurais en dire plus.

J'avais sur moi plus de 400 écus, une épée, un bouclier, 4 caillou et de quoi manger pour deux jours. Ne m'est resté que mes habits et mon bâton par miracle que je portais.

Témoignage d'Ivania :
malheureusement je n'ai pas entendu grand chose.

Ils étaient deux, un homme et une femme, l'homme tout de noir vêtu et la femme en bleu et jaune. Elle s'est fait remarqué par son bonnet de rouge avec un pompon blanc, qui n'est pas vraiment de saison.
Elle était brune.

Je ne les avais jamais vu auparavant.

Voilà tout ce que je peux vous dire sur le sujet


*Et voilà, qui se retrouvait à nouveau devant elle à cause qu'elle était accusée d'avoir brigandé des gens se baladant sur des routes ? Oui, c'était Olive. Et cette fois-ci, la procureur était bien décidée à ne pas se gourer sur le sexe de la personne en face d'elle. Lynette s'était même fait un pense-bête écrit en rose pour ne pas oublier. Donc, toujours vêtue de rose, la poney rose procureur prit la parole pour faire le blabla habituel de début de procès.*

Mes dames et mes sieurs de la Cour, madame le Juge. Nous voici encore réunis aujourd'hui non pas pour unir deux personnes devant le Très Haut, mais pour juger à nouveau la demoiselle qui se trouve devant nous pour brigandage. La dernière fois vous nous aviez parlé d'aller couper du bois dedans la forêt, c'est tout de même une activité moins illégale que de brigander sur les routes, jeune fille !
Ainsi donc, la triste histoire nous a été contée par messire Charpente, dont les dires ont été corroborés – je cause bien la France hein ? - par dame Ivania.

*Hop, petit coup d’œil à son pense-bête pour être sûre que l'homme était bien un homme et vice-versa pour la femme avant de reprendre*

Ces deux personnes voyageaient donc sur la route entre Bourges et Saint-Aignan lorsque la demoiselle ici présente, accompagnée d'un autre malandrin, leur sautèrent dessus à gorge déployée. J'aime bien cette expression, pas vous ? Bref, après les avoir roués de coups, ils sont partis en emportant tous les biens que les pauvres victimes avaient sur elles. Alors attention, si je dis elles, c'est juste parce que je parle des victimes, les deux victimes ne sont pas toutes les deux des femmes, je précise. Non parce qu'une fois, ça suffit.

Ainsi donc, comme le dit l'adage « travailler c'est trop dur et voler c'est pas beau », est traduit en justice Olive. pour trouble à l'ordre publique selon le texte de loi du Berry en vigueur suivant :

Livre II : Lois Pénales
Sur l’ordre public
17) Constitue un acte de trouble à l’ordre public, toute perturbation au bon ordre, à la sécurité, à la salubrité et à la tranquillité publique (extrait du droit coutumier établi par Volpone et Arnvald en 1451)

L'accusée pourra, si elle le souhaite, se faire représenter par un avocat. Et l'avocat pourra même mettre une robe rose, ce sera du plus joli effet au sein de cette Cour. J'invite également Olive à s'avancer pour la première plaidoirie de la défense

Première plaidoirie de la défense
*Olive regardait la procureur et la juge. Elle adorait venir parader et admirer leur belles robes, il fallait dire que c’était la fête à chaque fois ! On lui parlait comme à une grande et en plus on s'occupait d'elle*

bonzouurrrr

ze suis contente de vous revoir et même que ça faisait longtemps, alors z'ai beaucoup de chose à dire ! Déza vous me demandez des choux de la dernière fois et même que moi j'en ai pas... et puis la il dit quoi le messire costaud que moi ze lui ai marsé sur les pieds pour lui piquer les choux dans la botte ? Ben moi ze dis c'est faux!! z'ai pas fait ça d'abord et même que z'ai la force d'une fourmis et l'intelligence d'une mousse.

Pis pourquoi que vous aidez touzours que les grands et zamais les enfants ? Vous l'avez retrouvé ma moman ? Elle me manque moi ze suis perdue sans elle !! pis issigo il est ze sais pas ou et z'ai peur moi maintenant ! Ze vais faire quoi ? Qui il va prendre soin de moi ???

alors ze vais vous dire la vérité ! Z'etais sur le nœud et moi ze santais la chanson de cunegonde

*et de sa voix aiguë fausse déformée horrible se met à brailler*

« cunegonde veux tu du fromaze ?
Oh oui popo avec du suc dessus !
Nan nan ma fille cela n'est pas d'usage !
Alors popo tu peux te l'mettre dans ….. »

alors le messire il était pas content il a dit que ze santais mal ! Que ze devrais prendre des cours et même moi z'ia dit z'ai pas de choux ! Il a alors donné des choux à moi pour apprendre à bien chanter ! Alors moi z'ai dit nananna faut pas après ze vais avoir des problèmes ! Alors il a posé les choux sur une pierre et il est parti !

Vous savez ou ze peux apprendre les sansons?? y a personne il a voulu me dire et même que moi ze veux devenir saltimbanque ! Ze suis sur ze saurais faire et même que si vous m'aidez ze mettrais un sapeau rose !

Réquisitoire de l'accusation
* Le procureur avait écouté sagement Olive, prenant des notes, plume et encre rose en main. Enfin, elle n'avait pas l'encre dans la main, sinon elle s'en serait foutu partout, mais elle trempait sa plume dans son joli encrier rempli d'encre d'une magnifique couleur rosée. Elle écouta ensuite avec attention Ivania puis se leva pour prendre la parole à son tour. *

Bonjour demoiselle Olive ! * oui, Lynette était quelqu'un de très polie * D'abord, je me demande une chose. Vous dites que le monsieur qui vous accuse de lui avoir marché sur le pied se trimbalait avec des choux dans ses chausses. Quel est l'intérêt d'une telle chose ? C'est vrai quoi, un choux ça se range dans une besace ou dans une charrette, mais sûrement pas dans une botte ou une chaussure. En ce qui concerne l'intelligence des mousses, je suis convaincue qu'elles le sont à leur manière. Elles arrivent à s'installer confortablement aux pieds des arbres et à y rester, elles savent même de quel côté est le soleil ! Avouez que ce n'est pas donné à tout le monde. Aussi, vous pouvez être fière d'avoir l'intelligence d'une mousse. Et je ne sais pas si vous avez déjà observé des fourmis ? Des fois on en voit des toutes petites qui portent des énoooormes feuilles ! Moi j'en ai déduit que soit la feuille était super légère, soit que les fourmis mangeaient beaucoup de soupe dans leur terrier. Euh, dans leur fourmilière, parce que ça a pas de terrier une fourmi. Quoique j'imagine qu'elles peuvent construire leur fourmilière dans un terrier non ? Dans ce cas, on peut dire qu'elles vivent dans un terrier...

Bref, poursuivons. Vous m'accusez là, moi j'aide les enfants des fois ! Tenez, l'hiver dernier j'ai même aidé Agathe à faire un bonhomme de neige, c'est pour dire.

* Puis, elle écouta la chanson, parce qu'il faut toujours laisser s'exprimer les artistes, souvent incompris. *

Hmm, vous avez une jolie voix mais vous devriez apprendre à la placer. En tout état de cause – ma maman disait ça tout le temps – le fait qu'ils aient dû vous laisser leur bourse contraints et forcés relève bien du fait que vous les avez obligés à écouter votre chanson et à vous payer ensuite. Bon, peut-être qu'ils ne connaissent rien à l'art, mais ce n'était pas une raison pour les forcer ! La prochaine, faisez-vous plutôt embaucher dans un château pour pousser la chansonnette. Ah, et apprenez à jongler aussi, la noblesse aime bien ça. J'ai des adresses si vous voulez.

Ainsi donc, pour avoir brigandé dame Ivania et messire Charpente entre Bourges et Saint-Aignan la nuit du 26 au 27 septembre 1462 et leur avoir extorqué 400 écus, une épée, un bouclier, 4 cailloux et de quoi manger pour deux jours, je demande à ce qu'une peine de 3 jours de prison et 250 écus d'amende soit octroyée à la demoiselle Olive ! Et puis aussi, madame le juge, rajoutez l'obligation de prendre des cours de chant, ça fera pas de mal à l'accusée.

Dernière plaidoirie de la défense
La personne intéressée ne s'est pas manifestée.

La défense a appelé OLIVE. à la barre

L'accusation a appelé Ivania à la barre
Voici son témoignage :
Iva écoutait les paroles de l'accusée, elle salua le juge avant de prendre la parole

"Bonjour Messire Juge, j'étais en compagnie de Charpente sur les routes quand nous nous sommes fait attaqué par deux personnes. Ils nous ont laissés sur le bord de la route sans rien d'autre que nos vêtements et je confirme qu'elle faisait bien partie du duo, et qu'elle n'est pas restée simplement à attendre que çà se passe."

Iva n'était pas une grande causeuse et elle detestait rallonger par force de détails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Gio912 - TOP - Brigandage - 22 mars de l'an de Pâques 1461
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kahlyana - TOP - Brigandage - 22 mars de l'an de Pâques 1461
» [Régio] Saint Lô : 28 Mars
» [ARC]Réforme du brigandage
» Week-end jeux à Rambouillet les 26 et 27 mars
» vendredi 21 mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau de Bourges :: Greffe Ducal :: Archive des procès :: Brigandage-
Sauter vers: