Gestion du Duché du Berry - RR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sarah_callahan - R - 11/08/1461 TOP

Aller en bas 
AuteurMessage
madenn
sujet actif


Nombre de messages : 189
Date d'inscription : 05/06/2013

MessageSujet: Sarah_callahan - R - 11/08/1461 TOP   Dim 08 Sep 2013, 11:30

Juge : Astérie d'Ambparé
Procès instruit par : Vincent de Noldor

Accusé : Sarah_callahan
Accusation : duché du berry


Témoins : Saul, Alya., Vincent07 (Vincent de Noldor)



Sanction prononcée par la Cour :
Arrow Le prévenu a été relaxé.



Minutes du procès :

Citation :
Acte d'accusation
Votre honneur

J’ouvre les procès suivant en ce jour du 30 juillet 1461 à l’encontre de Sarah_callahan
Pour trouble à l’ordre public.
En effet je vous récite le décret en question fait par le duc Georges le 28 juillet 1461

Par décret ducal de ce jour, moi George le poilu, Duc de Berry, interdit les lances et corps d'armes à Saint Aignan.

Une dérogation peut être octroyée aux berrichons.

Tout contrevenant sera poursuivi en justice

Fait à Aigurande ce 28 juillet de l'an de Pâques 1461
Par conséquent votre honneur et sur la base de ce décret, et que ce décret na pas était respecter ce jour, les accusé ici présent devront répondre devant nous afin de connaitre la raison pour laquelle ils sont toujours en lance.
Je laisse la défense parler mes avant il est important de cité ce qui suis
Conformément à la coutume berrichonne, le prévenu a le droit de se faire représenter par l'avocat de son choix.

L'ordre des avocats du dragon propose de représenter à titre gracieux toute personne qui en feront la demande.

*retourne s’assoir et écoute la suite du procès, en signant l’acte pour les archive.

Fait Par Vincent de Noldor
Procureur du Berry le 30 juillet 1461
Sous le mandat du Duc Georges
.
Citation :
Première plaidoirie de la défense
La personne intéressée ne s'est pas manifestée.
.
Citation :
Réquisitoire de l'accusation
La personne intéressée ne s'est pas manifestée.
.
Citation :
Dernière plaidoirie de la défense
*Surprise qu’on l’appelle à la barre après les témoignages pourtant on ne peut plus clairs de ses deux compagnons de route, l’Ecossaise s’avance néanmoins pour faire face aux membres de la justice*

A vrai dire, je ne sais pas quoi ajouter de plus. Tout a été dit. Nous avons fait une erreur qui aurait pu nous couter la vie, nous avons eu peur. Est-ce vraiment nécessaire d’être condamnés à de la prison ou à verser une certaine somme d’écus ? Nous avons retenu la leçon et désormais nous ne nous fierons qu’à nous-même pour rallier mon pays natal. Aucun groupe ne nous comptera dans ses rangs, même si ses membres ont l’air bienveillant de ceux qui n’ont pas d’arrière-pensée.

*Chancelante, elle se maintient avec difficulté, inspirant un grand coup avant de reprendre la parole d’une voix atone, presque éteinte*

J’espère que vous vous montrerez cléments afin que nous puissions reprendre notre voyage. Je…nous vous en serions très reconnaissants.
.
Citation :
La défense a appelé Saul à la barre
*Saul s'avance a sont tour et se présente a l'assemblé *

je reviens devant vous pour défendre comme je l'ai fait au cours de mon propre procès les deux femmes qui m'accompagnent . Excusez la fatigue de la route qui égarent un peu celles ci ...

Je n'aurais d'autres arguments que ceux présentés a mon propre procès .* leur tend sa déposition *

Et je réitère mes propos a savoir que si nous avons enfreint une de vos lois en entrant en lance , dans l'unique but de gagner en sécurité et en rapidité lors de notre voyage et sans intention aucune de semer quelques troubles que ce soient , alors je reconnais en être le responsable et demande a la cours la clémence pour les personnes qui m'accompagnent car elles n'ont fait que suivre mes instructions .

J'assume donc mes actes et demande humblement a la cours de faire preuve de clémence envers un simple groupe de voyageur qui n'a d'autre ambition que de faire naitre un enfant sur la terre de ses ancêtres .

* s'incline respectueusement avant de reprendre sa place *
/
Citation :
La défense a appelé Alya. à la barre
*s’avance prudemment à la barre, serrant le bébé endormi contre son sein, promenant son regard sur les différents visages présents, elle lança d’une voix assurée :*

Bonjour, je me nomme Ayla NicCallum et je dois dire que je suis assez effrayée de me trouver ici, en présence de membres de la justice, je suis une honnête femme, c’est la première fois que je me vois accusée de pareils méfaits. Je n'ai d'ailleurs pas eu le temps de me présenter à la barre pour mon procès mais je suis là pour ma cousine.

Tout cela est fort regrettable, le temps m’est compté.
Enfin, si je suis ici, je crois que ce n’est pas pour me lamenter mais pour vous conter les faits tels qu’ils se sont déroulés, mais avant il faut que je vous conte ce qui nous a mené là où tout a commencé : nous nous rendions en Ecosse, nous rentrions au pays présenter ma fille à notre vieille tante Una NicAdams qui allait bientôt rendre son dernier soupir à Dieu et aussi pour faire accoucher ma cousine Sarah sur notre terre natale.
Nous voyagions donc tous les quatre ; ma cousine Sarah, son compagnon Saul, ma fille Maya et moi-même depuis peu quand nous avons fait escale dans le comté du Limousin, écumant les tavernes à la recherche d’un groupe voyageant vers le nord, nous en avons finalement trouvé un qui allait dans cette direction et qui a accepté de faire route à nos côtés, nous offrant sécurité et chaleur.

Je vous le concède voyager avec des inconnus rencontrés seulement depuis quelques heures n’était pas une grande idée mais parfois, quand on cherche la sécurité, on oublie de regarder si le mal ne se dissimule pas là ou on ne le soupçonne pas et puis pourquoi se méfier de visages si souriants et avenants ?

Nous avons suivi aveuglement, sans la moindre suspicion jusqu’à Saint Aignan, puis somme repartis avec eux. Quelques jours plus tard nous avons reçu une lettre inculpant de troubles à l’ordre publique, croyant que c’était une erreur, nous n’y avons pas prêté plus grande attention, seulement, quand nous surprîmes des murmures et bavardages concernant cette fameuses prise de mairie, tout s’est alors éclairé, nous avons compris la teneur de la lettre, et le sens que prenait cette affaire.

*sourit contrite*

Nous sommes tombés des nues en comprenant, certes trop tard, que l’on s’était servi de nous pour commettre un grave crime mais qu’en plus nous étions accusés d’avoir semé le trouble en faisant partie de ce groupe.

Nous avons quitté ces malfrats dès notre découverte et avons répondu à votre appel aussi vite que nos jambes le permettaient, sachant que nous avions changé de duché, d’où le temps de réponse. Et le fait que je n'ai pas pu comparaitre à mon propre procès.

Voilà ce qui m’a menée devant vous aujourd’hui, j’espère que mes révélations vous auront éclairés.

*Ecarte un pan de la couverture du visage de Maya et caresse la douce joue du bébé la couvant d’un regard triste avant de poser ses yeux à nouveau sur eux, c’est la voix brisée par l’émotion qu’elle continua*

Je vous en prie, ne me séparez pas de ma fille, le très haut a déjà rappelé à lui mon premier bébé alors qu’il faisait ses premiers pas dans la vie, ne m’enlevez pas ce qui me permet de tenir, je veux voir ma fille grandir et s’épanouir….

*Ses iris s’embuent, tandis qu’une larme vient s’écraser sur le visage de l’enfançon*
/
Citation :
L'accusation a appelé Vincent07 (vincent de Noldor) à la barre
Votre honneur l’absence en dit long bien qu’il ne soit pas sur notre terre pour ce défendre

Je demande une relaxe des charges qu’ils ont reprochées et puisque l’accusation n’a pas d’autre élément à fournir la relaxe est préférable.

Elles ont reconnus leur faute pas besoin d’en rajouter plus je vous laisse la parole très chère juge afin de rendre verdict
.
Citation :
Verdict de la Cour
**La juge écouta le nouvel acte d’accusation non-respect de la loi pour interdiction de lances ou de groupes armés en Berry.
Après avoir écouté l’acte d’accusation la juge écouta l’accusé, puis les témoins . Ceux-ci reconnaissait leurs torts .
Puis vint le tour du procureur demandant la relaxe.**

Attendu que l’accusée à expliquer les faits.
Attendu que l’accusé nous a présentez ses excuses.
Attendu que le procureur est en faveur pour la relaxe.

Je prononce la relaxe.

Qu’il en soit ainsi !

**Le petit marteau retendit dans la salle du tribunal.

Fait à Bourges, les 11 jours d’août de l'an Pâques 1961, par Asterie d’ Ambparé, Juge du Berry, au nom du Duc du Berry, Georges le poilu.



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sarah_callahan - R - 11/08/1461 TOP
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vendredi 4 Janvier 1461 - Aucune embauche
» Santiagoriccardo - Révolte - Varennes le 05/05/1461
» Phelim Lyon 25/02/1461
» LOIS D'ORLÉANS - MaJ Septembre 1461
» Rapport Comtal sous le règne de Sa Grandeur Atchepttas Diana Ysgarde [Décembre 1460-Janvier 1461]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau de Bourges :: Greffe Ducal :: Archive des procès :: Douanes – Lances-
Sauter vers: