Gestion du Duché du Berry - RR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Alida.-R-9/08/1461 TOP (lance)

Aller en bas 
AuteurMessage
asterie**
sujet acharné
avatar

Nombre de messages : 10465
Fief : La châtre
Fontion sociale : Médecin
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Alida.-R-9/08/1461 TOP (lance)   Dim 01 Sep 2013, 16:25

Juge :Asterie
Procès instruit par :Vincent de Noldor

Accusé : Alida.
Accusation :Duché du Berry


Témoins :


Sanction prononcée par la Cour :

Le prévenu a été relaxé.


Minutes du procès :

Citation :
Acte d'accusation
Votre honneur

J’ouvre les procès suivant en ce jour du 30 juillet 1461 à l’encontre de Alida.
Pour trouble à l’ordre public.
En effet je vous récite le décret en question fait par le duc Georges le 28 juillet 1461

Par décret ducal de ce jour, moi George le poilu, Duc de Berry, interdit les lances et corps d'armes à Saint Aignan.

Une dérogation peut être octroyée aux berrichons.

Tout contrevenant sera poursuivi en justice

Fait à Aigurande ce 28 juillet de l'an de Pâques 1461
Par conséquent votre honneur et sur la base de ce décret, et que ce décret na pas était respecter ce jour, les accusé ici présent devront répondre devant nous afin de connaitre la raison pour laquelle ils sont toujours en lance.
Je laisse la défense parler mes avant il est important de cité ce qui suis
Conformément à la coutume berrichonne, le prévenu a le droit de se faire représenter par l'avocat de son choix.

L'ordre des avocats du dragon propose de représenter à titre gracieux toute personne qui en feront la demande.

*retourne s’assoir et écoute la suite du procès, en signant l’acte pour les archive.

Fait Par Vincent de Noldor
Procureur du Berry le 30 juillet 1461
Sous le mandat du Duc Georges
.
Citation :
Première plaidoirie de la défense
La personne intéressée ne s'est pas manifestée.
.
Citation :
Réquisitoire de l'accusation
La personne intéressée ne s'est pas manifestée.
.
Citation :
Dernière plaidoirie de la défense
* La Flamande entre dans le tribunal en se grattant nerveusement le crâne, tuant ainsi deux trois poux au passage. Elle s'assoit, regarde à droite, à gauche en face, sourit de ses dents noircies au charbon pour l'occasion, enlève les mains de sa tignasse emmêlée, se frotte les joues noircies elles aussi tout comme ses vêtements.
Raclement de gorge. *

- M'dame le Juge, M'sieur l'Procure...

* Nouveau raclement de gorge, une larmichette pointe au bout des yeux. *

- J'sors d'la mine, j'étais coincée d'dans, y'a eu éboulement alors j'ai pas pu v'nir plus tôt. J'ai bien cru crever là d'dans et y laisser ma peau. J'vous jure qu'c'est vrai, j'ai même pas eu l'temps d'me changer pour venir ici. Dès que j'ai su que j'étais convoquée, j'ai accouru vous comprenez.
Mais si j'suis vraiment v'nue c'est pour mettre en procès votre commissaire aux mines ! C'est inacceptable de laisser crever les gens dans les mines ! J'ai bien failli crever là d'dans et j'ai même laissé mes poumons dedans.

* Tousse grassement pour confirmer ses dires. *

- Alors m'accuser moi, enfermée dans une mine sans rien à bouffer à part du charbon... R'gardez d'ailleurs, que c'que j'dis c'est vrai !

* Se lève brusquement et fonce droit vers le Juge et le Procure pour leur montrer ses dents noircies au charbon.*

- Et l'goût ça passe pas ! J'ai beau boire tout l'alcool du monde, j'ai l'impression d'boire du charbon ! Et tout ça parce que votre Commissaire aux mines est pas foutu d'garder ses mines normales ! Non c'est LUI qu'on doit foutre en taule ! C't'une faute GRAVISSIME ! IMPARDONNABLE ! C't'un PARJURE votre commissaire aux mines ! Même Aristote là haut désapprouve, j'le vois faire ! Il me chuchote même à l'oreille de l'enfermer dans la mine pour qu'il voit ce que ça fait de rester enfermer là dedans jusqu'à ce qu'on vienne vous chercher avec une pelle ! D'ailleurs j'ai une PREUVE !

* Se lève de nouveau pour aller chercher la pelle dehors, elle aussi noircie. *

- C'est grâce à elle que j'ai survécu. J'lui dois tout !

* La pose près du Juge, verse une larme cette fois, avant de retourner s’asseoir. *

- Alors si vrai coupable il y a, c'est pas moi ! Puis t'façon j'porte plainte.
.
Citation :
La défense a appelé Tord_Fer à la barre à la barre
Voici son témoignage :
*L'Borgne était de nouveau appelé a témoigner, et salua la juge, mais continua de l'appelais monsieur, parce qu'a par donzelle, son vocabulaire désignant les êtres féminins était très limité ! *

M'sieur l'juge, j'viens pour témoigner qu'la cruche que voici était belle est bien enfermé dans une mine. J'm'explique, j'suis viendu pour acht'er des chèvres comme j'vous l'expliquer si bien, et c'te donzelle la si connait vachement en chèvre, pour sur elle boit leur lait a même leurs pies, alors j'lui avait donner rendez vous à saint aignan pour qu'on s'monte un p'tit commerce d'lait d'chevre, et qu'on pouvais s'faire plein d'ecus facilement avec ca, mais c'te conne la pas voulut, sois disant qu'pue trop pour qu'elle puisse travaillé avec moi ! Alors la vl'a partit a la mine pour gagner sa vie ! Alors moi ca m'plait pas ca, alors j'lui gueule "vas crever dans ta mine sale hope !" Et vl'a qu'elle m'montre son cul, puis elle s'en va dans la mine, alors moi furax j'l'attend a la sortit avec un bouc bien en colère pour qu'il lui fonce d'sus a peine qu'elle sort la maraude ! Mais vl'a qu'l'bouc s'met en colère et tape contre le piquet en bois qu'tient la mine, et VLA ! L'piquet par terre, alors ni d'une ni deux, j'me tire quoi, j'vais pas rester et m'faire arrêter pour destruction d'mine hein, imaginez si l'tribunal s'rait au courant s'qu'il m'coll'rais sur l'dos ?! Non mais imaginez m'sieur l'juge ?!
Du coup, l'est vraiment rester un bout d'temps la d'dans, j'l'ai entendu s'écrouler la mine, et d'puis j'l'ai pas r'vue !

Mouais j'sais c'que vous vous dte, si j'lui en voulait tant pourquoi j'témoigne pour elle, bah c'est juste qu'c'est qu'la vérité a parfois du bon, et qu'l'un dans l'autre j'm'y r'trouv'rais, enfin dans mauvais jeux d'mot m'sieur l'juge !

*Le borgne salue et s'tire avant qu'on lui touche deux trois mots de la destruction de la mine*
.
Citation :
L'accusation a appelé personne à la barre

.
Citation :
Verdict de la Cour
**Nouvel acte d’accusation sur les lances et son interdiction. La juge soupira pensant que cela allait être rapide ,elle regarda l’accusée se demandant d’où pouvait’ elle bien sortir.
Elle ouvrit de grands yeux. Par Aristote elle ne put s’empêcher de grimacer et son regard se porta sur le sol ou se trouvait l’accusée puis sur elle, une odeur se dégageait de cet endroit. La juge prit sur elle mais d’un seul coup elle ne le vit pas venir, il faut dire que la maraude était assez agile . Celle –ci fût presque sur elle, la juge n’eut qu’un réflexe c’est de se reculer, un peu plus et elle se retrouvait à terre. l’accusée lui montra ses dents et par la même occasion lui fît sentir son haleine .**

Le commissaire au mine norf de norf ! **La juge se demandait à qui elle avait à faire la voilà qui entends les voix d’Aristote ! Que l'on appelle un curée !**

S’il vous plait reculer vous, je ne…reculer …norf de norf !c’est bon j’ai compris si vous pouviez fermer votre bouche cette odeur …
Retourner vous assoir et par pitié rester assise.

**Puis la juge écouta le témoin .Elle le regarda ne chercha pas à lui faire comprendre que c’était madame et non m’sieur . **

Je veux bien vous croire ,rien qu’à l’odeur, il me serait** fît un pause** je dois dire difficile de ne pas vous croire quand vous affirmer être avec vos chèvres.

**Lait à leur pies par Aristote pensa la juge … ne donna pas tort aux dire du témoin qu’a à l’odeur …**

Tout cela à cause d’une chèvre mal attaché et bien. Il m’est difficile de prendre en compte son témoignage et l’inculpé , ne parlant pas le langage chèvre.

Au vu de vos témoignages **soupira…respira difficilement voulait en terminer le plus rapidement possible.**

Aller vous laver et que je ne vous revois plus dans une lance.

**Puis se tourna vers le témoin **et vous attaché correctement votre chèvre la prochaine fois.

Je prononce la relaxe.

Une fois l’accusé et le témoin parti, l’odeur avait décidé de persister …
Qu’il en soit ainsi !

**Le petit marteau retendit dans la salle du tribunal.

Fait à Bourges, les 9 jours d’août de l'an Pâques 1961, par Asterie d’ Ambparé, Juge du Berry, au nom du Duc du Berry, Georges le poilu.
.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com/index.htm
 
Alida.-R-9/08/1461 TOP (lance)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vendredi 4 Janvier 1461 - Aucune embauche
» Santiagoriccardo - Révolte - Varennes le 05/05/1461
» Phelim Lyon 25/02/1461
» LOIS D'ORLÉANS - MaJ Septembre 1461
» Rapport Comtal sous le règne de Sa Grandeur Atchepttas Diana Ysgarde [Décembre 1460-Janvier 1461]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau de Bourges :: Greffe Ducal :: Archive des procès :: Douanes – Lances-
Sauter vers: