Gestion du Duché du Berry - RR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Amalio– R - 2/08/1461 TOP (lances)

Aller en bas 
AuteurMessage
asterie**
sujet acharné
avatar

Nombre de messages : 10436
Fief : La châtre
Fontion sociale : Médecin
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Amalio– R - 2/08/1461 TOP (lances)   Mer 14 Aoû 2013, 18:49

Juge :Asterie

Procès instruit par :Vincent de Noldor

Accusé :amalio

Accusation :Duché du Berry


Témoins :


Sanction prononcée par la Cour :
Arrow

Le prévenu a été relaxé.

Minutes du procès :

Citation :
Acte d'accusation

Votre honneur

J’ouvre ce procès à l’encontre des personne qui sont en lance qui on aider à prendre la mairie de saint Aignan l’accusation appelle à la barre Amalio.

J’ouvre ce procès ce jour 28 juillet 1461 pour trouble à l’ordre public.

Il est important de récité les loys pour que tout le monde comprenne bien

17) Constitue un acte de trouble à l’ordre public, toute perturbation au bon ordre, à la sécurité, à la salubrité et à la tranquillité publique (extrait du droit coutumier établi par Volpone et Arnvald en 1451)

1) Du critère du bon père de famille:

Est permise toute action que pourrait commettre une personne normalement sérieuse, raisonnable et soucieuse de ne causer aucun préjudice à autrui. Ce bon père de famille est un homme ordinaire, un homme de la place du marché qui agit en vertu de son bon sens.

Les personne appeler à la barre ce jour on aider à prendre la mairie. C’est un acte grave votre honneur, mais laissons la défense s’exprimer sur cette acte de révolte sur la mairie de Saint Aignan.

Mais avant il est important de signaler.

Conformément à la coutume berrichonne, le prévenu a le droit de se faire représenter par l'avocat de son choix.

L'ordre des avocats du dragon propose de représenter à titre gracieux toute personne qui en feront la demande.

*retourne s’assoir et écoute la suite du procès, en signant l’acte pour les archive.

Fait Par Vincent de Noldor
Procureur du Berry le 28 juillet 1461
Sous le mandat du Duc Georges
.
Citation :
Première plaidoirie de la défense
Se présentant à la barre, sa besace habituelle accrochée à l'épaule, l'air fatigué et assez agacé.

- 'Jour. Amalio Corleone. Bon, je vais être clair. Au cas où vous ne le sauriez pas, et ça m'étonnerait parce que je traîne dans le coin depuis un moment et je me suis déjà occupé de pas mal de monde à Chinon, je suis le médecin du clan Corleone. Ma fonction est donc, en toute logique, de rester en arrière pour assurer l'évacuation et les soins des blessés. J'ai une femme enceinte, une fille enceinte (-désignant Agnesina que soutenait Arsène-), et une tante mourante sur les bras au quotidien, et en plus là, je me tape des blessés et des malades en supplément, dont mes fils, à cause de l'épidémie qui règne à Saint Aignan depuis près d'une semaine. Alors franchement, j'ai autre chose à faire que d'aller m'occuper de dire bonjour aux gardes. Vous aimez les preuves ? C'est pas compliqué, demandez à des gens que j'ai soignés ici... Tenez, dame Sancie par exemple. Elle est de la ville, ne me connaissait pas avant, n'est aucunement soupçonnable d'être liée à ma personne, et fera donc un témoin honnête qui pourra vous confirmer que je suis bien médecin et que je suis un homme sérieux. Par la même, cela justifie le fait que je ne participe pas aux prises de mairies puisque je m'occupe des blessés et des malades au campement.

L'italien posa sa besace sur le sol, qui fit entendre, dans sa lourdeur, un cliquetis de métal et de verre mêlés. Flacons d'essences, fioles de potions et d'antidotes, aiguilles ou couteaux fins remplissaient le sac.
.
Citation :
Réquisitoire de l'accusation
*regarde la défense parler*

Votre honneur cette homme se dit médecin, et qu’ il n’aurait pas participé à la prise de mairie, mais pourtant cette homme et dans le même groupe que celle qui a pris la mairie de Saint Aignan, si il est vraiment médecin pourquoi n’a-t-il pas bien soigné sa fille qui a quand même salit tout un tribunal a elle toute seul , quoi qu’ il en soit il dit qu’ il a un témoin qu’ il est bien médecin mais ce témoin n est même pas venus ce jour pour el défendre, on ne peut que supposer que c’est dire son des mensonge.

*retarde la besace poser à terre*

C’est vrais cependant que cette trousse a fait pas mal de bruit en allant sur le sol, mais qui nous dit que c’est bien pour la médecine si cela se trouve c’est du fer pour les forgerons, pour le bruit de verre sa peut être des bouteilles de vin que se sire sifflerais en cachette.

Quoi qu’il en soit ce sir est dans le même groupe que celle qui a pris la maire ce jour.

Par conséquent je demande une peine de 3 jours de prison et 10 Ecu d’amande.

Votre honneur

Je vous laisse place pour le verdict.
.
Citation :
Dernière plaidoirie de la défense
Amalio haussa un sourcil... Il venait à peine de faire appeler la jeune femme malade !

- J'ai appelé mon témoin il y a quelques instants seulement et vous déclarez déjà après qu'il n'est pas venu ? Si vous lui laissiez le temps de se déplacer ce serait plus correct... Vous avez un sens bien étrange des procès. Quant à vos dires, je les trouve un peu légers : vous me condamnez parce que vous n'êtes pas certain que je sois médecin, je vous propose donc d'apporter une preuve de mon savoir: faites mener un cochon que vous aviez destiné à l'une ou l'autre des boucheries de la ville, ouvrez-lui le flanc et laissez-moi le soigner dans l'instant. Vous verrez bien ainsi que je suis un véritable médecin et non un charlatan. Ouvre ma besace, vous y trouverez de quoi soigner... Faites donc venir un médicastre de votre connaissance et qu'il observe lui-même le contenu de mes flacons ! Il y trouvera des choses bien communes pour soigner fièvres, infections ou blessures...

Il regarda l'accusation.

- Vous n'avez aucune preuve contre ma personne, en vérité, et vous voulez m'emprisonner parce que je vis aux côtés de ma femme et de mon clan. Je suis un médecin, je suis là pour soigner. Demandez également à messire Wulfaz, à qui j'ai acheté, hier, de l'écorce de saule blanc, un ingrédient très connu pour préparer des potions... Demandez à dame Sancie, du moins si vous daignez lui laisser le temps de se déplacer, si je ne l'ai point soignée et si je n'ai pas donné à elle et son époux des conseils pour se prémunir de tout mal... Je fais mon travail. Vos accusations sont sans fondement. J'appelle à la barre le jeune Tynop, qui pourra lui aussi témoigner de mon travail de médecin au sein du clan. J'ai recousu il y a quelques semaines la plaie qui lui barrait la joue, faites donc venir un médicastre qui constatera que mon travail n'est pas celui d'un amateur. Je vous le répète, je suis bel et bien médecin, et ma place est à soigner ceux qui sont blessés ou malade. Je n'étais pas parmi les assaillants de la mairie, tout simplement parce que ce n'est ni ma place ni ma spécialité.
.
Citation :
La défense a appelé Sanci à la barre
Voici son témoignage :
Appelée à témoigner... c'est bien la dernière chose à laquelle elle s'attendait dans sa vie... et pourquoi maintenant, alors qu'elle ne demandait qu'à s'envoler vers ses projets personnels et familiaux? Tout la retenait ici maintenant, avec cette prise de mairie et le contexte tout autour. Elle qui participait aux efforts communs pour la reprise de la mairie, elle fut bien étonnée d'être appelée à témoigner pour défendre l'un des présumés brigands...

Elle s'approcha et salua de la manière qu'elle croyait la bonne les gens présents...

"Votre Honneur, je suis Lady Sancie Fraser, jeune résidente de Saint-Aignan. J'ai bien reçu cet appel à témoigner et voici ce que j'ai à dire sur le Sir Corleone que je vois ce jour au banc des accusés.

Il y a de cela une douzaine de jours, j'ai contacté cet homme car un mal étrange m'avait prise. Je rendais tous mes repas... mais bon, vous n'avez sans doute pas besoin de ce genre de détails j'imagine... et j'avais entendu dire entre les branches que cet homme était médecin. Ne voulant pas risquer de perdre l'enfant que je porte avec grand bonheur, je n'ai donc pas hésité à demander conseil à un spécialiste.

Je lui ai d'abord écrit pour confirmer sa spécialité et déjà il m'a donné conseil sur mon alimentation. J'ai encore copie de sa réponse si vous en avez besoin. Nous avons ensuite pu nous rencontrer en taverne où il m'a examinée même me sachant contagieuse. Il m'a aussi vendu un remède énergisant qui m'a grandement aidée à reprendre des forces. Si je suis complètement guérie et en pleine forme ce jour, il en porte une bonne part du mérite.

Le Sir Corleone est un homme plutôt sombre et froid, mais il est poli et sérieux dans ses actes professionnels médicaux. Il aurait pu totalement refuser de m'aider, mais il s'est montré disponible et ce, rapidement. Je ne connais pas sa vie personnelle ni ce qu'il fait le reste de son temps. Je suis ici pour confirmer qu'il a bel et bien pris soin de moi et d'une manière que je juge professionnellement adéquate. De patiente à médecin, je ne peux que le remercier."

Elle arrêta là son monologue, espérant qu'elle avait répondu à ce qu'on attendait d'elle. Sancie était une femme honnête et droite qui ne retenait pas ses opinions qu'elles soient belles ou non. Franchise était maître mot dans ses valeurs. Elle inclina la tête pour signifier qu'elle avait terminé et attendit qu'on lui dise qu'elle pouvait se retirer.
.
Citation :
La défense a appelé Tynop à la barre
Voici son témoignage :
*s'épongeant le front, le vagabond revient une fois de plus à la barre. Ces temps-ci, pour lui, c'était le marathon des témoignages*

Bon, je ne me présente plus, on commence à se connaitre, madame le juge, mademoiselle le procureur, peuple Berrichon et tout le tralala.

Laissez le temps aux témoins de venir. Autrement la Cour d'Appel risque d'être bientôt surchargée. Allez savoir pourquoi, sans doute parce que vous condamnez des personnes sans preuve aucune de leur culpabilité. Ce qui est quand même dommageable. La seule preuve que vous avancez, mademoiselle le Procureur, c'est le fait que "ce sir est dans le même groupe que celle qui a pris la maire ce jour"... Oui, et alors ? Il vient de vous l'expliquer, c'est le médecin de sa famille. C'est logique qu'il soit dans leur groupe, non ? L'avez vous aperçu devant la mairie lors de la révolte ?

Pour ma part je confirme qu'Amalio Corleone est bel est bien médecin, puisqu'il a recousu les deux blessures qui m'ont été infligées par des brigands comparables à ceux qui ont pris la mairie, alors que je défendais honorablement ma ville.

*Le blondinet désigne alors du doigt la cicatrice qui orne sa joue, ainsi que l'entaille à sa main gauche*

Dans les deux cas, si Amalio n'avait pas été là, j'y passais. Qui plus est, il soigne les Berrichons qui viennent le consulter. Vous êtes donc en train d'accuser quelque dont le seul tort est de soigner sans distinction aucune, qu'il s'agisse de sa famille ou des locaux. Une personne de bien, en somme.

*Ayant terminé sa tirade, le vagabond retourne à sa place sans un bruit*
.
Citation :
L'accusation a appelé Untel à la barre

.
Citation :
Verdict de la Cour
**Les procès se succédaient, un autre actes d’accusation la juge écouta puis s’adressa a l’accusé.

Je vous comprends du travail que d’être médecin et devant faire face à plusieurs situations.

**En entendant le fracas que fît la besace de l’accusé la juge fronça les sourcils.
Puis le témoignage du premier témoin sourit en entendant la jeune femme.**

Je suis ravie damoiselle que vous soyez guéri, je suis moi-même médecin et ce n’est pas pour cela que je ne puis prendre les armes avec un grand sourire… L’habit ne fait pas le moine.
Merci de votre témoignage.

**Le second témoin reviens témoigner** on vous connait peut être mais vous êtes tout de même tenu de vous présenter pour les greffe, je vous remercie.
Je vous prie également de ménager vos paroles vous vous adresser à membre de la cour du Berry .Et non au tavernier de la taverne du coin.

**Puis s’adressa au procureur** Monsieur le procureur n’avez donc point entendu tous ses témoignages attestant des compétences de l’accusé en tant que Médecin. **Elle sourit .**

**Puis la juge s’adressa à l’accusé qui venait de prendre la parole. **

Messire calmez-vous, vous avez de la chance je suis médecin de mon état et si vous le permettez afin qu’il n’y a aucun doute, je vais regarder et confirmer ce qui se trouve dans votre besace et vous poser deux trois questions que seul un médecin connait. Est-ce que cela vous convient monsieur le procureur ?

**La juge regarda le contenu de la besace puis posa trois rapides questions. **
Je vous remercie maitre. Nous sommes d’accord l’accusé est bien médecin. Maintenant nous ne somme point ici pour savoir si l’accusé est médecin ou pas mais si il a participé à la prise de la mairie de Saint Aignan.

Après avoir entendu les différents témoignages sur les compétences médicales de l’accusé et il est vrai qu’il est assez difficile de occupé de plusieurs blessés et malades cela prend du temps surtout lorsque l’on est seul.
Mais vous auriez pu en délaissant vos patients un certain temps.

Attendu que je n’ai pas de preuves formelles et de témoins qui vous auraient vu ce soir la près de la mairie. Je vous accorde le bénéfice du doute, je prononce donc la relaxe.
Si par hasard votre nom revenait lors de la prise d’une mairie du Berry, vous comprendrez que le fait d’être médecin ne vous donnera pas l’immunité.

Qu’il en soit ainsi !

**Le petit marteau retendit dans la salle du tribunal.

Fait à Bourges, les 2 jours d’août de l'an Pâques 1961, par Asterie d’ Ambparé, Juge du Berry, au nom du Duc du Berry, Georges le poilu.

.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com/index.htm
 
Amalio– R - 2/08/1461 TOP (lances)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vendredi 4 Janvier 1461 - Aucune embauche
» Santiagoriccardo - Révolte - Varennes le 05/05/1461
» Phelim Lyon 25/02/1461
» LOIS D'ORLÉANS - MaJ Septembre 1461
» Rapport Comtal sous le règne de Sa Grandeur Atchepttas Diana Ysgarde [Décembre 1460-Janvier 1461]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau de Bourges :: Greffe Ducal :: Archive des procès :: Douanes – Lances-
Sauter vers: