Gestion du Duché du Berry - RR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Agnesina_temperance- 14/08/1461 - R- TOP (lances)

Aller en bas 
AuteurMessage
asterie**
sujet acharné
avatar

Nombre de messages : 10436
Fief : La châtre
Fontion sociale : Médecin
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Agnesina_temperance- 14/08/1461 - R- TOP (lances)   Mer 14 Aoû 2013, 18:03

Juge :Asterie

Procès instruit par :Vincent de Nolor

Accusé : Agnesina_temperance

Accusation :Ducché du berry


Témoins :


Sanction prononcée par la Cour :
Arrow
Le prévenu a été relaxé.


Minutes du procès :

Citation :
Acte d'accusation

Votre honneur

J’ouvre ce procès à l’encontre des personne qui sont en lance qui on aider à prendre la mairie de saint Aignan l’accusation appelle à la barre Agnesina_temperance.

J’ouvre ce procès ce jour 28 juillet 1461 pour trouble à l’ordre public.

Il est important de récité les loys pour que tout le monde comprenne bien

17) Constitue un acte de trouble à l’ordre public, toute perturbation au bon ordre, à la sécurité, à la salubrité et à la tranquillité publique (extrait du droit coutumier établi par Volpone et Arnvald en 1451)

1) Du critère du bon père de famille:
Est permise toute action que pourrait commettre une personne normalement sérieuse, raisonnable et soucieuse de ne causer aucun préjudice à autrui. Ce bon père de famille est un homme ordinaire, un homme de la place du marché qui agit en vertu de son bon sens.

Les personne appeler à la barre ce jour on aider à prendre la mairie. C’est un acte grave votre honneur, mais laissons la défense s’exprimer sur cette acte de révolte sur la mairie de Saint Aignan.

Mais avant il est important de signaler.

Conformément à la coutume berrichonne, le prévenu a le droit de se faire représenter par l'avocat de son choix.

L'ordre des avocats du dragon propose de représenter à titre gracieux toute personne qui en feront la demande.

*retourne s’assoir et écoute la suite du procès, en signant l’acte pour les archive.

Fait Par Vincent de Noldor
Procureur du Berry le 28 juillet 1461
Sous le mandat du Duc Georges
.
Citation :
Première plaidoirie de la défense
* La jeune femme, un pot sous le bras, entre dans le tribunal d'un pas lent avant de s'asseoir à la barre *

Bonjour,

Je suis Agnésina Tempérance Corleone et je viens répondre à l'accusation qui a été déposé à mon encontre. Je suis innocente. Parce que... Je n'ai pas pris la mairie de Saint Aignan, je ne pouvais pas ! Car* un soupir exagéré s'échappe du plus profond d'Agnésina * Mon père n'est pas encore au courant mais... Je suis enceinte !

* Elle passe ses mains sur son ventre plat en se mordant les lèvres *

Le soir de la prise de mairie, j'étais très malade. J'ai vomi dans un fossé en compagnie de ma soeur qui était en train de me soutenir. Vous ne pouvez pas imaginer quelle fierté j'ai d'avoir une soeur comme elle.

Tout ça, c'est de la faute de Tynop ! Il m'a mise enceinte et je le déteste, vous ne pouvez pas imaginer. C'est lui qu'il faudrait mettre en prison, pas moi ! Je suis innocente. Pensez au petit dans mon ventre. Imaginez qu'un jour, il apprenne que sa mère ait été en prison alors qu'elle n'avait rien fait... Vous imaginez le choc ? Peut-être même que lorsqu'il atteindra ses 12 ans, il sera un révolté contre la justice et la prévôté. Je ne veux pas que mon fils devienne un brigand. Pour devenir un honnête homme, il faut qu'il croit en la justice et surtout que j'ai de l'argent pour l'élever... C'est pour ça que je demande la relaxe !

De plus, vous n'avez aucune preuve que j'ai pris cette mairie ! Pas de témoin, rien. De toute façon, je n'ai rien fait. Dans mon état, voyons. Vous croyez qu'en étant enceinte, je vais prendre une mairie ? Et j'ai des preuves que j'avance ! Voyez par vous-même, Votre Honneur et Monsieur le Procureur !

* Agnésina posa le fameux pot avec lequel elle était entrée au tribunal et avec une cuillère à l'intérieur, elle ramassa le contenu de son estomac qu'elle avait rendu quelques instants plus tôt *

Voilà ma preuve.
C'est... du vomi !

* Et comme la jeune femme avait fini sa plaidoirie, elle se leva de la barre pour s'approcher du procureur qui s'était assis avant qu'elle commence à parler et renversa le vomi sur la table en face de lui. *

Vous constaterez que je ne vous mens pas.

* Elle n'avait pas besoin d'en rajouter plus et elle alla s'asseoir tranquillement vers un banc. *
.
Citation :
Réquisitoire de l'accusation
*Le procureur transpirer il ne se sente pas bien surtout après que le témoin renversa le contenus du pot sur son bureau il eut le temps de s’écarter, mais l’odeur était terrible *

Votre honneur
Avez-vous une salle de tribunal de secours par ce qu’ici c’est plus possible d’y travailler.

*Le deuxième témoin apporta une sacoche qu’il mit devant la juge norf.*

Votre honneur ce que j’ai eu devant moi plus que vous avez devant vous me dit qu’il faut vraiment qu’on change de salle de tribunal.

*le troisième témoin avais quant à lui une chemise dégueu.*

Votre honneur par le comportement des deux témoins et de la défense.

*A une envie de vomir sort quelque instant prendre l’air *

*Le greffier venez le chercher pour changer de salle du tribunal*

Merci votre honneur pour le changement de salle je reprends là où j’en étais.

Rien nous dit que cette personne est vraiment enceinte en plus elle est encore plus plate qu’une limande, peut être que la cause et autres part.

A la suite de la prise de mairie et sachant ce qu’il venait de faire une bonne soirée de beuverie , et a l’origine des vomissement de cette dame.

Quoi qu’il en soit pour avoir salit le tribunal je demande 45 Ecu de dédommagement et 5 jour de prison.

Je laisse rendre votre verdict

*puis sort du tribunal en courant*
.
Citation :
Dernière plaidoirie de la défense
* Un changement de salle plus tard et après une écoute de la plaidoirie du procureur, Agnésina était perplexe. Un soupir et elle se lève de son banc pour aller à la barre. *

Monsieur le Procureur, vous n'avez apporté aucune preuve sur ma supposée présence lors de la prise de mairie. Avez-vous un témoin qui m'aurait vu ce soir-là ? Si j'en juge l'absence d'appel de l'accusation, non. Avez-vous une personne qui m'aurait entendu dire que j'ai participé à la prise de mairie ? Encore une fois, non.

Vous dîtes que l'origine de mes vomissements aurait pu être à la suite d'une bonne soirée de beuverie, c'est faux. Une femme enceinte ne risque pas de se saouler ! Vous vous rendez compte de ce que vous dîtes ? Et comment osez-vous remettre en cause le fait que je sois enceinte ? Je suis enceinte et je ne crois pas que ça se voit de suite qu'une femme soit enceinte, voyons. Une femme enceinte se voit par l'absence de ses menstrues mais j'apprécie le fait que vous me voyez encore plate comme une limande... Parce que ma soeur Arsène m'a dit une fois que j'avais un gros cul et ça m'avait peiné.

Greffier, apportez-moi la première plaidoirie du Procureur, s'il vous plaît.

* Chose faite, Agnésina parcourut rapidement le papier avant de se redresser *

Votre Honneur, je demande la relaxe car Monsieur le Procureur n'a pas su apporter la preuve que j'ai participé à la prise de la mairie mais n'en voyez aucunement une faute professionnelle parce que s'il n'a pas pu prouver ceci malgré le fait que je lui en ai fait la remarque, c'est parce que je suis innocente. Je n'ai pas pris la mairie.

Les mairies ont toujours des marchandises en réserve et les brigands revendent ces marchandises lors d'une prise de mairie, tout le monde le sait. Or personne n'a signalé que j'aurais vendu ces marchandises sur le marché à bas coût ou à très haut coût. Tout ce qu'on peut me reprocher, c'est d'être dans la ville de Saint Aignan et donc, d'avoir été au mauvais endroit au mauvais moment car je le répète, je n'ai pas pris cette mairie. J'ai des témoins qui étaient avec moi et qui ont témoignés. Que voulez-vous que je vous dise de plus ?

Le Procureur a dit qu'il ouvrait un procès contre les personnes en lance qui ont pris la mairie. Qu'est-ce qu'une lance ? Ce sont des personnes qui se suivent tout le long de la journée, qui restent qu'entre elles ? J'avoue ne pas comprendre et consultez les rapports de douane du 26 ou du 27, je marchais dans les rues seule et je suis allée achetée mon pain ou mes mais matinaux seule, après avoir vomi ! Après j'ai dormi, je suis allée en taverne jusqu'à tard le soir où je me suis sentie mal et que j'ai été rejointe par ma soeur et le père de mon... FILS. * croise les bras * Enfin si c'est une fille, ce n'est pas grave non plus.

Je suis innocente et c'est tout ce que j'ai à dire. Je n'ai pas pu prendre cette mairie.

* Et elle quitta la barre. *
.
Citation :
La défense a appelé Arsene à la barre
Voici son témoignage :
La rousse remontait prestement les ruelles, chargée d'une besace, étrangement humide et puante. A chaque pas, un liquide pour le moins nauséabond suintait du contenant en tissus. Goutte à goutte incessant et agaçant. Voilà qu'on pouvait la suivre à la trace tel un escargot et à l'odeur, tel un poivrot qui n'a pas vu la couleur de l'eau depuis des années.

Destination finale : le tribunal pour remuer le derche à tout les planqués qui s'y trouvent.

Une fois, arrivée, elle prend ses aises et dépose sa charge à l'odeur écœurante. C'est que ça piquerait presque les yeux tiens. La gamine se place au centre de la pièce, poing sur les hanches, nullement impressionnée et ouvre la bouche pour un long discours. Autant dire qu'elle n'est pas prête de fermer son bec.

« M'sires les juges. On m'a appelé, me voici. J'apporte avec moi les preuves de l'innocence d'Agnésina. D'par mon discours d'une part et d'autre part, par l'présentation d'une preuve irréfutable. »

Elle reprit sa respiration, un air sérieux collé sur la trogne puis se lance de nouveau dans une longue tirade.

« Il est parfait'ment impossible qu'Agnésina ait participé à cette prise de mairie, dont tout l'monde parle, pour la simple et bonne raison, qu'elle s'trouvait, au moment des faits au fond d'un fossé à ressortir son dîner par la bouche. Dîner, que J'avais préparé avec tant de soin et d'amour. »

La mioche faisait les cents pas, une main contre sa hanche et l'autre grattouillant allègrement son menton. Elle s'y croyait la rousse.

« Pourquoi vomissait-elle me direz-vous ! Une épidémie ? Possible.. Mais une épidémie qui touche uniquement les femmes. En effet, elle est enceinte l'bougresse, et donc dans l'incapacité évidente d'se battre et d'se mettre en danger. »

Elle en était fière de son discours l'Arsène. Vraiment fière. Se trimbalant toujours de droite à gauche de la pièce, le regard se promenant sur l'assemblée, elle continue.

« En guise de not'bonne foi, j'ai apporté une preuve, qui comme je l'disais avant, est irréfutable. »

Hop, la sacoche est attrapée et déposée, ouverte devant le juge. L'odeur ne donne pas envie de s'y pencher et si le courage l'en prend, il pourra découvrir un reste de repas à moitié digéré.

« Voici donc le repas en question. Par égard pour l'nature et les poivrots qui s'écraseront dans l'fossé, nous avons préféré l'récupérer. S'vous fouillez dans les restes, vous trouverez vraisembl'ment une queue de rat, ou bien encore une cuisse de grenouille. »

Elle sourit en coin et reprend sa respiration, à bout de souffle.

« Il est donc impensable d'vant tant de preuves, et d'honnêteté, que vous condamniez la brune mise en cause. Pensez à son enfant. Vous auriez un crève l'dalle sur la conscience ! »

Le besace en tissus est laissée, ben ouais, elle a pas envie de se la taper sur le chemin du retour, tandis qu'Arsène se casse, et rapidement.
.
Citation :
La défense a appelé Tynop à la barre
Voici son témoignage :
*le blondinet se présente à la barre, observe un instant l'assemblée, Agnésina et Arsène, avant de s'éclaircir la gorge.*

"Une fille. J'ai dit que ça serait une *hips* fille, pas un fils.

Monsieur le juge, mademoiselle le procureur, peuple Berrichon. Bonjour. La jeune femme que vous accusez INJUSTEMENT de pillage est innocente. Alors que vous l'imaginez taillant et tranchant vos gardes incompétents, elle était en train de vomir ses tripes un peu partout.

Ah ça, elle a dégueulassé vos rues, pour sûr. La taverne municipale aussi. Je vous conseille pas d'aller voir derrière le comptoir. Elle a dégobillé dans un tonneau de bière, aussi. Gaffe à ce que vous buvez, quoi. M'enfin y'en a qui disent que le vomi de donzelle enceinte à des vertus vivifiantes. Si vous voulez mon avis, c'est des conneries, mais bon...

Enfin bref, s'il vous prend l'envie de voir si c'est vrai, les deux donzelles là vous ont rapporté de quoi vous régaler. Quant à moi...

*dans un geste théâtral, le vagabond extirpe une chemise complètement tâchée de vomi, et la pose là, à la barre, avant de reprendre son discours*

"J'ai perdu une chemise dans l'histoire. Oui parce qu'elle était en train de m'engueuler de l'avoir mise enceinte quand elle a commencé à se vider. Qu'est-ce que j'y peux, moi ? C'est ma faute si je suis tant fertile ? Non !

Je m'égare, désolé. Nous comptons garder l'enfant. Ce sera un parfait petit Berrichon. Il travaillera dans la milice et tâchera de défendre au mieux sa ville contre ces mécréants sans foi ni loi qui se permettent de profiter du labeur des autres sans aucun scrupules. Cette vermine est à éliminer, mademoiselle le Juge. Mais Agnésina n'en fait pas partie."

*Ayant terminé son témoignage, le vagabond retourne s'asseoir, laissant la chemise au sol*
.
Citation :
L'accusation a appelé personne à la barre

.
Citation :
Verdict de la Cour
**Un nouveau procès cette fois-ci c’était pour la prise de la mairie de Saint Aignan.
La juge écouta l’acte d’accusation puis l’accusé Agnésina Tempérance. La juge sourit en entendant le mot innocente comme d’habitude chaque accusés est innocent on le sait pertinemment que des innocent dans un tribunal.
Elle ne put s’empêcher d’émettre un petit rire aux propos de l’accusée.

Pardonnez-moi mais pour tomber enceinte il faut être deux vous êtes aussi coupable mais là n’est pas le sujet. Le fait que vous soyez enceinte ne justifie pas le fait que vous n’auriez pas pu aider à prendre la mairie, ne prenez as ce tribunal pour des personnes naïves s’il vous plait , je ne vois pas la relation avec votre affaire le contenu de ce pot . N’importe qui aurait pu vomir la dedans, je ne sais pas à quoi vous jouer mais c’est un peu du n’importe quoi et vous me serez gré de ramasser ce qui se trouve sur cette table ! Ou vous croyez vous !


**La juge soupira n’ayant pas eu trop de choix la juge suivit le procureur et le greffier pour le changement de la salle. Si cela n’avait tenu qu’a elle il n’y aurait pas eu de changement, mais bon… Ce qui fît perdre du temps. Le procès continua on appela le premier témoin une odeur se fît sentir dans la salle un mélange de sueur, de vin de mauvaise qualité de bière de crasse et encore…**


Par Aristote ! Qu’elle est cette odeur ! Greffier la prochaine fois que l’on fera venir un témoin à la barre arranger vous qu’il soit un peu plus elle se boucha le nez un moins odorant !


**Elle l’écouta et rit.**


Décidément la théorie qu’une femme enceinte ne pouvant rien faire me laisse très perplexe, ayant été par deux fois enceinte cela ne m’a pas empêché de faire mes études de médecine et tenir une épée car nous étions en pleine guerre alors arrêter maintenant de prendre ce tribunal pour des naïfs ! Être enceinte n’est pas une maladie.

Quelle conscience ! Quel état d’esprit penser à récupérer des régurgitations d’une femme dans un fossé pour éviter à des ivrognes de tombés dessus. Je vous avoue que là c’est bien une première.


**Elle ne put s’empêcher de rire.**


Ranger moi ce pot immédiatement !


**Après quels instants le greffier fît entrer le prochain témoin de la défense qu’allait ‘il nous réserver celui-ci c’est avec un peu appréhension que la juge regarda le témoin**.


Décidément accusé Agnesina tout le monde est au courant que vous avez régurgité tout votre repas et plus …
Vous êtes donc le fameux père de l’enfant.


**sourit lorsqu’elle vit la chemise pleine de régurgitations la juge se leva et frappa avec son petit marteau.**


MAINTENANT CELA SUFFIT ! Ranger moi cela immédiatement cela devient ridicule !
Et je commence à en avoir plus qu’assez ma patience à des limites !


**Une dernière fois l’accusée pris la parole.

La juge soupira alors vous seriez bien la première à ne pas boire (nous somme en 1461 pas en 2013)ce n’est pas une mauvaise chose mais sur ce point-là je veux bien vous croire après les témoignages que l’on vient d’entendre, je pense que vous avez du manger quelque chose qui ne vous a pas convenu .

Oui en effet par pitié ne dite rien de plus.

**La juge regarda le procureur partir en courant haussa les sourcils.**


Attendu que l’accusée est assez malade vu les témoignages des témoins, je lui conseille de se faire soigner car vomir à tout bout de champs ce n’est pas normal et ce n’est pas le fait qu’elle soit enceinte.

Attendu que nous n’avons pas de preuves tangible qu’une aide quelconque a été apporter mais juste des doutes et je suis pour une justice équitable avec des preuves à la puis.

Je relaxe l’accusée mais attention si nous retrouvons l’accusée dans une lance quelconque, ou le meneur ou l’une des personnes du groupe se trouve impliquer dans une révolte l’accusé ici présente sera condamner comme participant d’office, enceinte de 8 mois, plus ou pas .J’espère m’être bien fait comprendre.

J’allais oublier vous avez la salle numéro 1 à nettoyer.

Qu’il en soit ainsi !

**Le petit marteau retendit dans la salle du tribunal.

Fait à Bourges, les 1 jours d’août de l'an Pâques 1961, par Asterie d’ Ambparé, Juge du Berry, au nom du Duc du Berry, Georges le poilu.
.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com/index.htm
 
Agnesina_temperance- 14/08/1461 - R- TOP (lances)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vendredi 4 Janvier 1461 - Aucune embauche
» Santiagoriccardo - Révolte - Varennes le 05/05/1461
» Phelim Lyon 25/02/1461
» LOIS D'ORLÉANS - MaJ Septembre 1461
» Rapport Comtal sous le règne de Sa Grandeur Atchepttas Diana Ysgarde [Décembre 1460-Janvier 1461]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau de Bourges :: Greffe Ducal :: Archive des procès :: Douanes – Lances-
Sauter vers: